Publié dans Société

« GPS gasy » à Toamasina - De la tromperie à la vindicte populaire

Publié le jeudi, 17 octobre 2019

Le bâton sacré pour détecter les objets perdus ou volés est toujours d’actualité à Toamasina.  Dénommé « GPS gasy », il a déjà « fait parler de lui » depuis l’année dernière à Toamasina, mais c’est seulement au début de cette année qu’il a pris de l’ampleur et commence à semer le désordre au niveau de la population.

 

Le 4 septembre dernier,  une personne qui a perdu ses deux-roues a payé un « GPS gasy » pour le retrouver. C’est là que l’histoire à commencer. Tout d’abord, les propriétaires du bâton, poursuivis par une foule, ont fait le tour de la ville pour finir dans un cour appartenant à une famille à Ankirihiry-Avaratra, parcelle 11/58. Ils ont alors fouillé l’endroit, mais n’a rien trouvé de suspect. Puis, une semaine plus tard, le bâton est revenu au même endroit accompagné des gendarmes. Cette fois –ci, le GPS a avancé qu’un coffre fort “volé” est enterré là-bas. Ils ont alors creusé la cour afin de déterrer le coffre. Mais il n’y avait rien. Lundi dernier, des éléments des Forces de l’ordre venant d’Antananarivo se sont dépêchés sur place pour une fouille, mais ils sont encore rentrés bredouille. Face à cette situation, la famille victime, qui a été pointée du doigt, a haussé le ton. Elle décrit cette acte comme une provocation, une incitation à la haine ou encore une sorte de tromperie pour semer le trouble dans cette fokontany.  Elle sollicite alors la prise de responsabilité des autorités locales. “ Ce n’est que du pire mensonge pouvant conduire à la vindicte populaire. Il suffit seulement de pointer du doigt une personne pour l’éliminier ou l’incriminer”, avance une source locale.

A cause de l’insécurité qui sévit dans la ville de Toamasina, la population ne sait plus que faire pour protéger ses biens. Elle se laisse alors berner par les profiteurs comme ceux-ci. Or, le prix dû pour le service du propriétaire  de “GPS gasy” varie aux alentours de 400 000 ariary.  A noter que cette pratique a été déjà utilisée durant la disparition des deux jeunes Annie et Arnaud. Actuellement, ce n’est pas seulement la ville de Toamasina qui est immergée par cette pratique “ Gps gasy”, mais celle de Mahajanga également.

 Recueillis par Anatra R. 

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff