Publié dans Société

Incendie d’Ankaramalaza - L’Etat au chevet des sinistrés

Publié le dimanche, 24 novembre 2019

Une délégation gouvernementale dirigée par le PM Ntsay Chrisitian s’est déplacée à Ankaramalaza samedi dernier, soit au lendemain de l’incendie ayant ravagé 125 maisons, occasionnant un millier de sans-abri et faisant un blessé. La délégation a apporté une aide urgente aux victimes de l’incendie de la part de l’Etat malagasy. Il s’agit entre autres d’une tonne de riz, 500 kg de légumineuses et 1 000 tôles. Cependant, d’autres lots offerts par le Bureau national de Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), arriveront d’ici peu dans cette ville sinistrée.

 

L’incendie géant qui a donc frappé vendredi après-midi Ankaramalaza, District de Manakara, a par ailleurs épargné le haut-lieu du culte et de pèlerinage, le fameux « Toby ». Des enfants d’un foyer  qui s’amusaient avec le feu, sont pointés du doigt comme à l’origine de ce sinistre d’une ampleur sans précédent. Une information que la Gendarmerie n’a encore jusque-là confirmée, ni infirmée. Lorsque cet incendie a éclaté, une bonbonne de gaz a explosé sous l’effet de la chaleur et de la forte vapeur, expliquant ainsi la gravité et l’étendue des dégâts. Faute d’un service de pompiers, les villageois n’ont pas réussi, eux-seuls, à venir à bout des flammes. Le fait que la plupart des maisonnettes soit constituée de matériaux de fortune, a également accéléré la propagation des flammes.

Malgré le fait que ces mineurs soient donc provisoirement mis en cause, la Gendarmerie poursuit encore l’enquête et tente d’élucider l’origine du sinistre. La plupart des villageois n’étaient pas encore sur place lorsque le feu a démarré. Ce sinistre a montré une fois de plus que les Districts ou autres Communes d’assez importante envergure, doivent être désormais dotés au moins d’un service de sapeurs-pompiers. Car de sources concordantes, les dégâts auraient pu être limités s’il y avait la présence des soldats du feu dans une telle localité aussi importante, étant un haut-lieu cultuel.

Franck R.

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff