Publié dans Société

Père Pedro Opeka - Lauréat du prix Fondation Air France

Publié le mercredi, 04 décembre 2019

Des années de dévouement auprès des plus démunis à Madagascar. A travers l'association Akamasoa, Père Pedro Opeka lutte depuis 1989 pour la réinsertion sociale et économique des plus pauvres. Ses actions et les résultats obtenus depuis sont remarquables. Raison pour laquelle le Père Pedro a reçu le Prix Fondation Air France au titre de cette année 2019. La cérémonie de remise de la récompense s'est déroulée le 3 décembre dernier au Musée du quai Branly à Paris, en présence de Brigitte Macron, Première dame française ainsi que d'Anne Rigail, présidente de ladite Fondation.

Ce prix récompense, tous les 2 ans, des associations œuvrant en faveur des enfants malades, handicapés ou en grande difficulté. Parmi les fidèles collaborateurs du Père Pedro et de son association Akamasoa, la Fondation Air France a financé divers projets depuis 2014, notamment au profit de la scolarisation de 14 000 enfants. La construction d'une crèche, d'un gymnase et d'une cantine à Andralanitra ainsi que la dotation en mobilier des écoles. Pour cette année, ladite Fondation finance la construction de 2 terrains de sport, au profit des enfants malagasy.

30 ans au service des plus démunis

En voyant la pauvreté des gens qui vivent au cœur de la décharge d'Andralanitra et dans les rues d'Antananarivo, le Père Pedro a décidé de les sortir de l'environnement inhumain où ils habitent afin de mener une vie dans la dignité. Il a alors fondé l'association humanitaire Akamasoa en 1989, reconnue d'utilité publique par l'Etat en 2004. En 30 ans, le Père Pedro lutte pour la réinsertion sociale et économique des plus pauvres en venant en aide à plus de 500 000 malagasy dont 25 000 personnes habitent dans le village et plus de 11 000 enfants sont scolarisés dans les crèches, écoles et lycées créés par l'Akamasoa. Avec plusieurs constructions, cette association dispose actuellement de 3000 logements, 5 crèches, 5 écoles primaires, 4 collèges et de 2 lycées. A cela s'ajoutent 6 dispensaires, 5 maternités, 3 hôpitaux, 2 dentisteries, un laboratoire d'analyse et une salle d'échographie.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff