Publié dans Société

Union des Comores - Réveillon de Noël interdit pour les chrétiens malagasy !

Publié le mercredi, 25 décembre 2019

24 décembre 2019, une date à oublier pour les chrétiens malagasy vivant aux Comores. Et pour cause, les autorités comoriennes leur ont interdit de fêter le réveillon de Noël. Ceux-ci sont tous les chrétiens, dont certains comoriens, qui ont été ciblés par la note ministérielle sortie, à quelques jours de la Nativité. Une décision qui n’a pas été du tout au goût de la communauté chrétienne malagasy qui s’est apprêtée à manifester dans la soirée du 24 décembre pour montrer son désaccord avec la décision prise par le ministère des affaires islamiques à travers son directeur. « le ministère des affaires islamiques en collaboration avec le ministère de l’intérieur et le Muftorat condamnent et interdisent toute fête, cérémonie ou activités liées au  fête de Noël dans les lieux publics, des hôtels , des clubs et des maisons et toute apparence indiquant l’implication des chrétiens dans leurs joies aux Comores », a notifié le directeur des affaires islamiques qui ajoute « avoir informé toutes les agences de sécurité, de la police (…) pour prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter et empêcher toute tentative de rassemblement des activités chrétiennes ». Cette interdiction qui ne respecte pas du tout la liberté de religion va du 24 au 31 décembre. Un membre du barreau de Moroni a déclaré sur une chaîne de Tv internationale que cette « note scandaleuse viole la constitution qui incorpore la Déclaration universelle des droits de l’homme ».

Ce haut responsable du ministère  de la religion de l’union des Comores avance comme argument que « toutes ces activités (ndlr : la célébration de la fête de Noël) portent de la corruption, la décadence morale qui sont incompatibles avec les principes de l’Islam ».

Mais coup de tonnerre dans la journée d’hier, soit le 25 décembre, le ministre de l’intérieur en personne s’est présenté devant la presse pour désavouer le communiqué du directeur général des affaires islamiques « C’est une déclaration qui n’engage que l’auteur et non pas le ministère des affaires islamiques, de celui de l’intérieur et le Muftorat », a annoncé le ministre.

Une déclaration tardive tout même dans la mesure où des restaurateurs ou autres organisateurs de fêtes se sont pliés à cette décision unilatérale du directeur général des affaires islamiques lancée à la veille de Noël. Ce dernier risquerait, de cette bévue, d’être poursuivi devant la justice locale. Dans la matinée d’hier également, le porte-parole du gouvernement comorien dans un tweet a souhaité « Joyeux Noël à tous les chrétiens du monde, à commencer par ceux qui sont aux Comores », confortant une fois de plus le désaccord du gouvernement comorien avec cette déclaration des affaires islamiques. Quoi qu’il en soit le mal est fait.

Cet extrémisme du haut responsable comorien laisse sans voix les Malagasy qui prônent toujours la tolérance et le respect de la foi des uns et des autres. A preuve, les régimes qui se sont succédé à la tête de Madagascar ont toujours décrété jours fériés toutes les fêtes musulmanes et laissent aux pratiquants de la religion le soin de les célébrer.
D’après les informations, la communauté chrétienne en Union des Comores est composée essentiellement de malagasy….
La Rédaction

 

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff