Publié dans Société

 Conflit entre parents et établissement scolaire - L’ONEP reçoit une plainte par semaine

Publié le vendredi, 10 janvier 2020

Depuis quelques jours, l’enseignement à Madagascar est confronté à une période difficile. Tout d’abord, un jeune collégien du CEG Ratsimilaho, situé à Toamasina, a été tabassé à mort par ses camarades. Et ensuite, il y avait la blessure volontaire d’un enfant de 3 ans et demi dans une école privée de la Capitale, un acte commis par son institutrice. Chaque semaine, l’Office national de l’enseignement privé de Madagascar (ONEP) reçoit au moins une plainte, non seulement à propos de maltraitance d’enfant à l’école, mais également d’autres cas.

D’après Tsarasidy Marcelin, directeur de l’ONEP, les parents ne sont pas encore disposés quant à la dénonciation des cas de maltraitance des enfants comme celui-ci.  Dans d’autres cas, ils effectuent une plainte, puis ils la retirent par crainte des représailles. « Souvent, les parents veulent régler l’affaire à l’amiable avec les établissements scolaires, puisqu’ils ont peur que la situation se dégénère », avance-t-il. Cependant, Madagascar a déjà ratifié la convention relative aux droits de l’enfant. Sur ce, frapper un élève est puni par la loi, que ce soit physiquement ou psychologiquement.

Ces deux cas de violences ont suscité une grande discussion sur les réseaux sociaux et ont alerté les responsables concernés. Selon la constatation du médecin, l’enfant battu par son institutrice présente des lésions dues à un pincement, ce qui aurait entraîné une incapacité temporaire. Le plus grave, c’est que ce dernier a subi un traumatisme moral. Il refuse désormais d’aller à l’école. Et à chaque fois que quelqu’un appelle la maîtresse en question, l’enfant soupire. Une situation qui, d’après le directeur de l’ONEP, témoigne de la gravité de sa blessure interne et externe.

Aussitôt, ses parents ont porté plainte auprès de l’ONEP. Ce dernier a envoyé une équipe afin de réaliser une enquête approfondie au sein de l’établissement concerné ainsi que les entourages. A l’issue de cette enquête, il a été prouvé que ce n’est pas la première fois que cette institutrice a fait ce geste. Des sanctions lui seront attribuées selon la gravité de la situation, que ce soit le retrait de l’autorisation d’enseigner, un avertissement ou encore le licenciement.

Retraçons brièvement les faits. Une petite fille âgée de trois ans et demi a été pincée par son institutrice puisqu’elle a dormi pendant un exercice. Malgré le fait que l’enfant portait un tablier et un autre vêtement à l’intérieur, son bras présente un bleu dû aux coups et blessures perpétrés par cette institutrice. Déjà, en 2017, la vidéo sur une enseignante prise en flagrant délit en train de frapper un élève d’une école privée sise à Anjanahary, a circulé sur les réseaux sociaux. Sur ce, l’autorisation d’ouverture du lycée et du pré-scolaire de cet établissement a été suspendue après la fin de l’année scolaire et l’enseignante a été condamnée à huit mois de prison avec sursis.

Anatra R.

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden
  • Pénurie d’eau - Le pire est à craindre
  • Affaire 73,5 kilos d’or - Le procès remis aux calendes grecques 
  • Rapport de la mission de suivi électoral  - L’UE insiste sur la mise en œuvre des recommandations 
  • JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur
  • Commerce - L’Algérie lorgne sur la vanille malagasy
  • Rajoelina à la tribune des Nations Unies - Interpellation sur le prix du baril de pétrole
  • Disparition du plus petit primate au monde - La honte pour Madagascar !
  • Discours à la tribune des Nations unies - Rajoelina dans le même panel que Biden et Kagamé

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Fia…ble !
    On ne peut pas passer inaperçu l’évènement majeur de la semaine dernière, la FIA. En fait de jeudi à dimanche, la Foire internationale de l’agriculture (FIA) s’est tenue au Parc des expositions à Tanjombato. Quand on parle d’Agriculture, ce grand ensemble qui englobe toutes les activités du monde rural dans tous ses états. Sont inclus à l’intérieur de ces activités dites agricoles la culture, la pêche et l’élevage qui se souscrit au sein de l’économie « verte » et « bleue ». Avec l’évolution des activités exigées par la demande sans cesse croissante des besoins de l’homme, l’agribusiness apparait et commence à occuper du terrain. De toute façon, l’agriculture représente un domaine de priorité surtout pour un pays comme Madagasikara. L’initiative entrant dans le cadre pour l’épanouir est toujours très appréciée et fiable. Les actions de l’Agence Première Ligne font partie des stratégies à encourager. En principe, l’agriculture est un…

A bout portant

AutoDiff