Publié dans Société

Incendie au pavillon d’Analakely - Plus de 80 millions d’ariary de perte

Publié le lundi, 23 mars 2020


Le secteur des pavillons d’Analakely a été le théâtre d’un incendie vers 11h du matin, hier. Là, c’est le box n° 82 servant de boutique d’articles de mode qui a ainsi pris feu. En quelques minutes d’un feu intense, le petit local ainsi que toutes les marchandises qui se trouvaient à l’intérieur, ont été réduits en cendres. Outre la destruction totale de l’intérieur du petit réduit d’une surface d’à peine quelques mètres carrés, chaussures et habillements importés, etc., ont également péri. D’après notre interlocuteur, les dégâts sont estimés à plus de 80 millions  d’ariary, le pavillon compris. Toutefois, l’on ne déplore aucune victime.
Notons que le sinistre s’est produit pendant l’absence du propriétaire, confinement pour cause de Covid-19 oblige ! Heureusement, les quelques personnes présentes sur place ont tenté de circonscrire les flammes avec les moyens du bord. Ils ont également essayé d’évacuer une partie des marchandises. Ce sont également eux qui ont alerté les sapeurs-pompiers.  « Si les  soldats de feu étaient arrivés un peu plus tôt, les choses n’en seraient pas arrivées là ! Nous  n’avons pu pratiquement rien faire pour sauver, ni le local, ni les marchandises », commente l’un des témoins rencontrés sur les lieux. Seule consolation, les flammes ont pu être quand même maîtrisées à temps et elles ne s’étaient pas étendues sur les autres pavillons.
Pour le moment, la cause du sinistre n’a pas été encore élucidée. Le seul élément qui a filtré de l’affaire, c’est qu’un problème au niveau des installations électriques du secteur,  visiblement trop précaires et vétustes, serait au moins une explication. Le pavillon a donc subi les contre-coups  de cette précarité. « Le box ne dispose d’aucun  équipement électrique car il n’est même pas électrifié », explique-t-il encore. Mais comment donc le feu a-t-il pu se produire et ravager ainsi le pavillon 182 ?  D’après d’autres   témoins, la réponse est à situer à  la ligne de haute tension qui traverse sa toiture mais aussi celles des pavillons voisins. « C’était arrivé très vite. Nous avons entendu de  sinistres  crépitements.  C’était le signe  avant-coureur. Quelques secondes après,  la fumée et les flammes ont  déjà dévasté le 182 », relate une négociante de produits de première nécessite opérant sur les lieux.
Quelques semaines auparavant, un autre incendie a manqué de dévaster complètement une récente boutique de l’Esplanade,  située  à quelques pas des pavillons,  vieux de plus de 80 ans. Là aussi, un problème au niveau de l’électricité, a été pointé  du doigt. Cette succession  de sinistres observée à l’endroit, prouve que le tout le système d’électrification du secteur entier, mérite d’être révisé totalement sous peine de voir une catastrophe se produire de nouveau.
Franck R.


Fil infos

  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé
  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique

La Une

Editorial

  • Nouveau départ !
    Le Triangle du Nord renaît ! En tournée dans cette partie prometteuse mais quelque peu oubliée de la Grande île, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a bien voulu jeter les bases d’un nouveau départ.Il s’agit en effet d’une nouvelle naissance pour Antsiranana dans la mesure où le numéro Un du pays y apporta un nouveau souffle dans les secteurs d’activités dont certains produits font la renommée nationale voire mondiale de la Région. La vanille, à tout seigneur tout honneur, l’ « or noir » du pays, attira toute l’intention du Président. Jusqu’à preuve du contraire, Madagasikara détient le record mondial de la vanille, en quantité et en qualité. Antalaha, le point d’attache de la culture, est la capitale mondiale de la vanille. Ainsi, l’Etat va assister de près la mise en œuvre de la relance effective du secteur vanille. Rajoelina, en réunion de travail avec les opérateurs sur place,…

A bout portant

AutoDiff