Publié dans Société

Arrêt des transports en commun - Aucune tolérance, place à la sanction !

Publié le lundi, 23 mars 2020

Les éléments de la Police nationale sont fermes quant à l’application de la loi, face à la menace de propagation du coronavirus dans la Capitale. Après la déclaration du Président de la République, Andry Rajoelina, lundi dernier, sur l’arrêt des transports en commun, c’est à dire les coopératives desservant la zone urbaine et suburbaine, les taxis-brousse reliant Analamanga et les autres Régions, des « taxi-be » et taxis-ville ont encore poursuivi leurs activités et transporté des passagers dans la matinée d’hier. Sur ce, les Forces de l’ordre ont été intransigeantes et ont retiré la licence de ces véhicules.
Comme d’habitude, certains transporteurs ne respectent pas les mesures prises. Face à cette situation, le responsable au sein de la Police nationale a affirmé que des sanctions seront infligées aux transporteurs indisciplinés. Dans les gares routières, des passagers espèrent encore trouver des taxi-brousses pour atteindre d’autres Régions, mais en vain. Pour rappel, seuls les véhicules de transport des marchandises peuvent encore poursuivre leurs activités.
Anatra R.

Fil infos

  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent
  • Pôle anti-corruption d’Antananarivo - 649 dossiers traités en deux ans
  • Projet d’incendie à l’université de Toamasina - Un conseiller de l’ex-Président dans le collimateur de la Justice
  • Code municipal d’hygiène - Réplique du maire Naina Andriantsitohaina
  • Assassinat de Danil Radjan - La théorie d’un règlement de comptes privilégiée
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar, parmi les pionniers dans la médecine traditionnelle
  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé

La Une

Editorial

  • Cause toujours !
    Palabre par-ci ! Causerie par-là ! Décidément en face, de l’autre côté de la rive, on n’en finit pas de jacasser, de caqueter ou de papoter. De la cacophonie ! De l’énervement superficiel ! D’un semblant de colère d’un juste ! En réalité, on a la peur bleue d’être fauché à … jamais.Ravalomanana Marc en binôme avec Rivo Rakotovao s’agitent. Si le premier fut un ancien Chef d’Etat plutôt un président déchu, le second un futur ex-président d’institution. Entourés d’une cohorte de rapaces avides de proies faciles, ils font du bruit, du tapage inutile. Le tout donc dans un ensemble factice portant l’étiquette d’opposition. A Madagasikara, il n’existe pas d’opposition à proprement parler. On n’a que des ex de ceci ou d’anciens de cela ou encore des ratés qui gesticulent dans un but inavoué de récupérer, d’une manière ou d’une autre, quelque chose qui a échappé à la prise. Inaptes…

A bout portant

AutoDiff