Publié dans Société

Antananarivo - Non respect de la mesure de confinement

Publié le lundi, 23 mars 2020


Intraitables. Est-ce le mot « confinement » qui n’est pas compris par la société malagasy ou c’est la mentalité qui doit être à revoir, même par rapport à ce réel danger qui sévit actuellement à Madagascar. Durant la journée d’hier, la population tananarivienne a adopté les mêmes comportements qu’en jour normal. Le message clair du Président de la République de n’envoyer qu’une personne à la fois afin de faire les courses n’a pas été suivi. Outre ceux qui doivent rejoindre leur lieu de travail, des gens pressés ont envahi les trottoirs, sans respecter la distance d’un mètre entre deux personnes. Les  marchés ont été toujours animés avec beaucoup plus de clients. De longues files d’attente ont été aussi aperçues au niveau des pharmacies et des agences JIRAMA. Quelques passants ayant accepté de discuter ont avancé des cas de nécessité.
Pour Sitraka N., c’est le moment propice pour lui de se rendre chez une connaissance pour prendre des matériels indispensables à son petit boulot, étant donné que son principal travail est affecté par cette pandémie de Covid-19. « Même en parcourant à pied le trajet 67ha - Ivandry, je vais essayer de revenir avant midi pour ne pas paraître indiscipliné même si je le suis déjà. Il faut bien survire ! », a-t-il souligné. Quant à un père de famille présent à une agence de la JIRAMA, il n’a pas voulu sortir mais des problèmes doivent être résolus avant que la situation ne se dégrade. « La JIRAMA va couper notre électricité si je m’y rends pas personnellement  pour régler des impayés » a-t-il déclaré.
En outre, l’organisation du « Tsena mora » n’a pas facilité l’application des mesures. Du côté de l’Ecole primaire publique d’Andavamamba, une cinquantaine de mères de famille se sont bousculées devant le portail dudit établissement scolaire pour se procurer de PPN, sans se soucier de la transmission d’un virus quelconque. « C’est l’occasion ou jamais de faire des provisions comme les personnes fortunées lors du week-end dernier. Et il faut s’entremêler pour disposer d’un sac rempli puisque nous n’avons pas les moyens de faire des achats dans des grandes surfaces. Avant ce coronavirus, il est encore question de survivre. Il faut bien que mes enfants soient bien nourris pour combattre cette pandémie », avance Natacha, mère de 4 enfants habitant à Andavamamba Ambilanibe.
K.R.

Fil infos

  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent
  • Pôle anti-corruption d’Antananarivo - 649 dossiers traités en deux ans
  • Projet d’incendie à l’université de Toamasina - Un conseiller de l’ex-Président dans le collimateur de la Justice
  • Code municipal d’hygiène - Réplique du maire Naina Andriantsitohaina
  • Assassinat de Danil Radjan - La théorie d’un règlement de comptes privilégiée
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar, parmi les pionniers dans la médecine traditionnelle
  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé

La Une

Editorial

  • Cause toujours !
    Palabre par-ci ! Causerie par-là ! Décidément en face, de l’autre côté de la rive, on n’en finit pas de jacasser, de caqueter ou de papoter. De la cacophonie ! De l’énervement superficiel ! D’un semblant de colère d’un juste ! En réalité, on a la peur bleue d’être fauché à … jamais.Ravalomanana Marc en binôme avec Rivo Rakotovao s’agitent. Si le premier fut un ancien Chef d’Etat plutôt un président déchu, le second un futur ex-président d’institution. Entourés d’une cohorte de rapaces avides de proies faciles, ils font du bruit, du tapage inutile. Le tout donc dans un ensemble factice portant l’étiquette d’opposition. A Madagasikara, il n’existe pas d’opposition à proprement parler. On n’a que des ex de ceci ou d’anciens de cela ou encore des ratés qui gesticulent dans un but inavoué de récupérer, d’une manière ou d’une autre, quelque chose qui a échappé à la prise. Inaptes…

A bout portant

AutoDiff