Publié dans Sport

Décès de Zaka be - Le président Ahmad consterné

Publié le vendredi, 10 septembre 2021


Le milieu français du 7e art pleurait la mort de l’acteur Jean Paul Belmondo, celui du football malagasy rendait hommage à l’un des siens, Ratsarazaka Marcel dit Zaka Be. L’ancien président de la Fédération nationale de football et non moins ancien président de la Confédération africaine (CAF), Ahmad, s’est dit consterné par cette mauvaise nouvelle sur le décès de Zaka be survenu dans la nuit de jeudi. « Il figurait parmi les grands entraîneurs de Madagascar et  avait  beaucoup donné pour le football local, notamment pour la ligue Analamanga. Zaka Be connait du bout de ses ongles la situation de notre football du temps où j’ai dirigé la Fédération. A la place des critiques destructives, il venait souvent nous voir pour discuter et apporter ses solutions », témoigne Ahmad qui n’a su cette disparition de Zaka be que dans la matinée d’hier. « Je présente mes sincères condoléances à sa femme, ses trois enfants ainsi qu’aux dirigeants de la ligue d’Analamanga », ajoute l’ex-président de l’association nationale qui reconnait que le décès de Zaka Be laissera un grand vide dans le milieu des techniciens de la Grande île.
Entraîneur de plusieurs clubs de la Capitale dont le Stade Olympique de l’Emyrne (SOE), Zaka Be, fait partie de la première promotion des techniciens malagasy ayant obtenu la fameuse licence A de la CAF. C’est avec cette équipe de quartier, que lui et la grande famille Ratsarazaka aimaient tant, que Zaka be est entré dans le cercle restreint des grands entraîneurs de Madagascar. Homme de dialogue et un bon vivant, le défunt laisse de bons souvenirs à tous ceux qui l’ont côtoyé.
La Rédaction

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff