Publié dans Sport

Mondial 2022 - Pas de répit pour les Barea

Publié le vendredi, 08 octobre 2021


Eric Rabesandratana et son équipe ont rallié Antananarivo où ils attendent de pied ferme les Léopards. En effet, Malagasy et Congolais s’affronteront de nouveau pour le compte de la 4è journée des éliminatoires du mondial, ce dimanche au stade Barea Mahamasina.
Pas de séance sur terrain pour les Barea, ce vendredi. Le staff annonce une session d'entraînement en salle pour "ceux qui n'ont pas joué ou ont peu joué à Kinshasa".
Les Barea  ont pris un vol immédiatement après le match  à Kinshasa. Et ils ont débarqué à l'aéroport d’Ivato, hier matin. Rabesandratana et ses hommes ont pris leur quartier au Novotel Alarobia.
A le comprendre, Rabesandratana fait certainement allusion aux arbitres qui, selon lui, seraient du côté de l’équipe nationale congolaise.
Le sélectionneur malagasy Eric Rabesandratana n’était pas content de l’arbitrage du match de Madagascar contre la RDC. Il accuse le juge central Dungula Antonio Caluasi d’avoir pris des décisions contre son équipe.
Le pénalty sifflé en faveur de la RDC et celui non sifflé pour Madagascar sont les principales décisions contestées par Eric Rabesandratana. Le coach malagasy a décrié l’arbitrage durant la rencontre. Selon lui, les décisions de Dungula Antonio Caluasi seraient à l’origine de la défaite des Barea.
« Ça n’a pas marché surtout à un premier et gros paramètre, ce que c’est difficile de jouer à 14 contre 11 parce que l’arbitrage a été très catastrophique. Mon équipe est en progression, en transition par rapport à l’année dernière. Mais aujourd’hui, on a fait un très bon match. Sauf qu’on ne peut pas lutter contre ça. Les arbitres qui prennent des décisions complément douteuses, vraiment, je suis désolé. Je n’ai jamais eu cette excuse mais pour aujourd’hui, je ne sais pas faire autrement », a laissé entendre le coach Eric Rabesandratana.
E.F

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff