Publié dans Sport

Omnisport-ASIEF - Vivre la passion du sport au niveau de la Fonction publique

Publié le jeudi, 06 janvier 2022


Le sport au travail, nouveau credo des administrations. Les fonctionnaires jouent un rôle primordial dans le développement du pays. Effectivement, il leur faudra un esprit sain dans un corps sain… Quelques administrations pionnières appliquent ce précepte antique en proposant une activité physique à leurs agents. A la clé, moins d’absentéisme et  beaucoup de meilleures performances.
Il y a encore quatre ans seulement, 25% pratiquent des activités sportives. Depuis l’arrivée de l’ASIEF (Association sportive interministérielle pour l’entretien des fonctionnaires), ce chiffre s’est inversé. Le nombre de participants au tournoi national de l’ASIEF ne cesse d’augmenter que ce soit au niveau régional ou national.
 A Mahajanga, les fonctionnaires étaient plus de 10 000 à honorer le rendez-vous national du sport contre 6 000 à Antsiranana, lors de la précédente édition. Avant cela, le nombre record de participants à l’époque de l’ASOIMI est de quelque 4 000 fonctionnaires. Grace aux efforts incommensurables fournis par l’équipe de l’ASIEF dirigée par son président John Andrianarison, le chiffre ne cesse de grimper.
Lors de la dernière édition, on a même constaté l’implication du Premier ministre Ntsay Christian , le ministre du Sport et de la Jeunesse et quelques ministres dans l’évènement. Chose qui n’a jamais eu lieu avant. « Nous remercions vivement l’Etat de la confiance que le Gouvernement nous a accordé dans l’organisation de l’ASIEF dont nous nous sommes toujours battus pour améliorer l’exigence des transparences », avance John Andrianarison dit John Love.
L’activité physique et le sport, excellents facteurs de bonne santé mais aussi de cohésion et de motivation, peuvent jouer un rôle important dans la prévention des risques psychosociaux et sur la qualité du travail collectif.
Selon une enquête, le nombre des fonctionnaires malades dans les hôpitaux publics, victime d’AVC, de diabète, a considérablement diminué depuis par rapport  à 2016,2017 et 2018. Et cela réduit aussi le budget loué par l’Etat dans la prise en charge des soins médicaux des agents publics.
« L’activité physique préserve notre capital santé physique et mental à tout âge. Bouger régulièrement diminue l’apparition des maladies chroniques, prévient des accidents cardiovasculaires, maintient le moral en hausse, réduit le stress et aide à lutter contre le cancer… Dans le cadre du travail, l’activité physique et sportive régulière entre collègues se révèle être un levier efficace de motivation et de bien-être », explique John Andrianarison président sortant de l’ASIEF.
Ce dernier a déjà intégré l’équipe dirigeante de sport d’entretien des fonctionnaires depuis 2006 en tant que conseiller. Il ne ménage aucun effort pour sensibiliser ses confrères fonctionnaires à pratiquer et à vivre la passion du sport au niveau de la Fonction publique. L’ASIEF convie donc les responsables administratifs à faire du sport un credo dans les administrations.
Elias Fanomezantsoa


Fil infos

  • Aide aux sinistrés - Le Président incite les églises à l'hospitalité
  • Axe Antananarivo-Toamasina - La circulation rétablie !
  • Coupure sur la RN2 - Un pont « Bailey » pour rétablir la circulation
  • Ligne aérienne Réunion-Antananarivo - Le coût du billet fait grincer des dents
  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Velirano dérange !
    Les projets phares du Président Rajoelina perturbent. Dans la perspective de démarrage de gros chantiers promis par le candidat portant le dossard numéro 13 du MAPAR, certains acteurs politiques locaux, aux esprits obtus animés par l'obscurantisme, lèvent les boucliers. Sous d'autres cieux également, certains parlementaires de l'ancienne puissance coloniale montent au créneau et se permettent de remettre en cause un des projets-clés du régime. En effet, Velirano dérange ! On ne se prive pas par tous les moyens de le gêner et de lui jeter des bâtons dans les roues.

A bout portant

AutoDiff