Publié dans Sport

Xe Jeux des îles de l’Océan Indien - Que de regrets pour Madagascar !

Publié le dimanche, 28 juillet 2019

Madagascar a récolté ce qu’elle avait peu semé à la Xe édition des Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI). Cette compétition quadriennale des îles de l’Océan Indien s’est achevée hier à l’île Maurice avec beaucoup de regrets pour la Grande île, deuxième (49 or) derrière le pays hôte (93 or).
Un tournoi de ce genre se prépare dès la fin de la précédente édition, les Mauriciens l’ont fait et sont récompensés de leurs efforts. Pour sa part, Madagascar en plus de son légendaire « moramora » s’est fourvoyé dans une guerre froide entre ses dirigeants sportifs et en plus la léthargie de l’ancien régime qui, en quatre ans, n’a rien fait pour le développement du sport. En effet, les crocs-en-jambe entre le milieu sportif malagasy sont mis à nu par ce résultat à l’île Maurice. Là où quelques disciplines ont pu sauver les meubles et, ironie du sort, elles sont les victimes de la mise en écart perpétrée par les éléments du Comité olympique malagasy (COM). Au sein de cette entité en effet, le copinage a primé sur les performances des fédérations sportives et ce pour le besoin électoral.  A l’exception de l’haltérophilie, les disciplines « amies » du COM, notamment les pourvoyeuses de médailles d’or se trouvaient au fond du gouffre. C’est le cas par exemple de la boxe qui, en tout et pour tout, n’a eu que deux métaux précieux alors qu’il y a quelques années, les boxeurs malagasy raflaient tout sur leur passage. C’était au bon vieux temps du défunt Harvel, président de la fédération nationale. Mais depuis la disparition de celui-ci, la boxe malagasy au fil des mois et des années se dégringolait pour finir au bas du tableau. Le noble art de la Grande île a perdu sa noblesse à cause des uppercuts et des crochets venant des dirigeants olympiques et de la fédération à l’endroit des boxeurs. 

Le cyclisme, également très proche du COM, ne parvient pas toujours à apercevoir son rayon de soleil au niveau de la région indianocéanique. Sauf erreur de notre part, durant les dix éditions des Jeux des îles, les médailles obtenues par la petite Reine malagasy ne dépassent pas les doigts d’une seule main. Quid alors de la capitalisation de ces innombrables éditions du tour cyclisme international de Madagascar ?...On peut déduire ainsi que l’incompétence règne à la tête de cette discipline sinon comment expliquer les zéros pointés à chaque édition des JIOI.Pour la natation, le manque d’infrastructures n’est pas une excuse pour expliquer ce résultat catastrophique. On se passe de commentaires pour les disciplines ayant pignon sur rue du COM à l’instar du judo, du tennis de table, du badminton et de la voile. En réduisant le nombre des athlètes de ces disciplines « amies » et en augmentant celui des autres, surtout l’athlétisme, le bilan malagasy aurait certainement été meilleur. Mais comme Norolalao Andriamahazo Ramanantsoa, présidente de la fédération de l’athlétisme, figure parmi les « grandes gueules » dans le milieu sportif, elle n’est pas bien vue par le COM et même le ministère des Sports.  Et pourtant ces « frères ennemis » du COM, dont Jean Michel Ramaroson, président de la fédération du basket-ball, sont les sauveurs des meubles du camp malagasy à l’île Maurice. Tant que les dirigeants sportifs malagasy se plaisent dans la médiocrité et de la complaisance, Madagascar restera toujours à la traîne et ce quelle que soit la volonté des tierces personnes, entités ou parents, à travailler pour le développement d’une discipline. Seules consolations pour la partie malagasy, c’est la première fois en huit  éditions des JIOI disputées en terre étrangère qu’elle obtient la seconde place et elle détient toujours le record des médailles d’or amassées en une édition, 100 en 2017 à domicile…
La Rédaction

Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff