Editorial

Redoutable épidémie

Publié le mardi, 17 avril 2018
Madagascar, en 2017 à partir du mois août, fut le théâtre d’une terrible épidémie, la peste, qui fit d’énormes dégâts humains. Le bilan final, selon l’OMS en coordination avec le Ministère malagasy de la Santé publique, s’élève à plus de 200 morts et des milliers de cas détectés et traités. Notons que cette intenable épidémie dont la période d’évolution s’étale d’août en mai de l’année qui suit persiste dans certains endroits de l’île. Il existe des foyers résistants qui font de Madagascar l’un des derniers pays d’Afrique où la peste n’a jamais été entièrement éradiquée. L’épidémie de 2017, a été…

Point focal

Publié le dimanche, 15 avril 2018
La grande famille de la communauté catholique romaine (ECAR) de Madagascar s’est retrouvée dans la journée d’hier à Vohipeno à l’occasion d’une cérémonie officielle consacrée à la béatification de « ramose » Lucien Botovasoa. Un prélat auprès du Vatican fut de la partie pour présider la grande messe. Cet enseignant profondément acquis à la foi chrétienne catholique résista, jusqu’à sa mort, à ne jamais renier sa foi au prix de sa vie durant les années troubles de 1947. Un fervent catholique ayant intégré le statut des martyrs. Vatican jugea légitime de l’élever au rang des saints de l’Eglise.

L’éternel otage

Publié le vendredi, 13 avril 2018
 A la fin des années 70, le peuple américain, à l’époque du président Jimmy Carter,  vivait l’un des pires moments de son existence. En effet, le 4 novembre 1979, 400 étudiants prirent d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran et réussirent à prendre en otage les 52 membres du personnel auxquels s’ajoutèrent trois autres pris dans les locaux du ministère des Affaires étrangères. Ils ne seront libérés que le 20 janvier 1981 soit 444 jours de captivité. Pour rappel, l’élément déclencheur de cette grave crise fut l’hospitalisation du Shah d’Iran Mohammad Reza Palhavi, réfugié au Mexique, à New-York le 22 octobre 1979.

L'étau se…

Publié le jeudi, 12 avril 2018
L'étau se resserre. Ne supportant point la moindre humiliation, pas plus que l'ombre de l'échec et imbus de la volonté de se maintenir à jamais au pouvoir, les hommes du régime se préparent activement à réprimer tous les éléments gênants ou encombrants de l'opposition. Disposés à tout, les tenants du régime, aux cravates bleues, s'apprêtent à écraser les leaders politiques susceptibles de mettre les bâtons dans les roues de la caravane, surtout de barrer la route pour la « nouvelle victoire ». Ainsi, futurs candidats potentiels et élus non HVM font les frais d'une machiavélique trame.

A tâtons !

Publié le mercredi, 11 avril 2018
 N’importe quoi ! On est bel et bien dans une république bananière. Une république est dite « bananière » quand son moyen d’existence repose uniquement sur la culture de bananes. Elle dépend entièrement des caprices des prix fixés par les grandes compagnies importatrices qui, en fait, en font la pluie et le beau temps. A vrai dire, ce sont les détenteurs des grands capitaux étrangers soutenus par les grandes institutions financières internationales qui tirent la ficelle. Les dirigeants locaux, de vraies marionnettes, exécutent les consignes. Par voie de conséquence, ils gèrent, à vue, les affaires nationales de leurs pays. Entièrement inaptes  à anticiper…

A plate couture

Publié le mardi, 10 avril 2018
La sécurité, du moins la maitrise du domaine sécuritaire, constitue la clé de voûte de toutes les stratégies devant aboutir au développement d’un pays, à l’épanouissement de tout son peuple. Sans un minimum de sureté, on ne pourrait point envisager mettre en route tout programme d’amélioration des conditions d’existence de la population.

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff