A cette édition 2019 de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), Madagascar et la Mauritanie ont quelques points communs. Le premier, c’est d’avoir choisi un entraîneur français à la tête de leur sélection nationale. La différence c’est que pour Madagascar, le sélectionneur se contente uniquement de son travail tandis que celui de la Mauritanie s’occupe également de la direction technique nationale. Contrairement à Nicolas Dupuis, coach des Barea, qui a hérité de structures existantes, Corentin Martins a dû créer et organiser tous les démembrements nécessaires au développement du football en Mauritanie.
Le second point commun entre les deux équipes nationales, c’est le fait de se qualifier pour la première fois de leur histoire à la phase finale d’une Coupe d’Afrique des Nations. Et c’est de ce côté que Madagascar a un sérieux retard sur la Mauritanie. Principalement sur la préparation et l’engouement autour de cette qualification historique. Si les festives n’étaient pas du côté des Malagasy, les Mauritaniens considèrent cette qualification comme un évènement national et l’ont fêtée comme il se doit. La période festive finie, les Mauritaniens se sont attelés à la préparation de leur sélection nationale et ce, en lui donnant les moyens nécessaires pour effectuer une bonne CAN. Tout le monde est impliqué et chacun a donné sa part de contribution à l’édifice.

Publié dans Sport

Imperméable aux appels de détresse lancés par les environnementalistes. De nombreuses réserves naturelles se dégradent de plus en plus, face à la déforestation et au défrichement engendrés par les paysans. Toutefois, le ministère de l’Environnement et du Développement durable reste de glace face à tout ce qui se passe. Les exploitations illicites se multiplient au fil des années. En parallèle, les exploitants augmentent également, contrairement à la protection des zones forestières. Ils choisissent particulièrement les aires protégées parce que la terre y est plus fertile étant donné la présence des forêts.  Pour le cas de Menabe Antanimena par exemple, « ces gens défrichent la Région pour pouvoir convertir la forêt sèche en champs d’arachides et de maïs. Les productions sont ensuite vendues en masse à des importateurs mais également à des industries locales spécialisée en brasserie et en provenderie. Des revenus assez considérables pour toutes les parties concernées », précise un responsable au sein du Fonds mondial pour la nature (WWF Madagascar). Des hautes autorités y trouveraient même des bénéfices dans cette sale affaire. Pourtant, cette réserve est aujourd’hui menacée de disparition. Selon les projections scientifiques, « si le rythme de déforestation persiste, Menabe Antanimena n’existera plus d’ici 2050 ». Le cas de Menabe Antanimena n’est pas un cas isolé. Le parc d’Ankarafantsika vit également la même chose.  Les environnementalistes ont déjà averti les autorités depuis plusieurs semaines, mais leurs appels sont restés vains. Ce sont toujours les défenseurs de l’environnement qui se mobilisent en premier et parlent au nom de nos forêts. Malheureusement, leurs actions sont loin d’avoir l’effet escompté. La sensibilisation ne suffit pas.

Publié dans Economie

Avec son train à très grande vitesse, le Président de la République veut en finir avec  le dysfonctionnement chronique de l’administration, les malversations financières et les combines malsaines qui  sont devenues depuis des décennies des pratiques courantes dans les hautes sphères de la gestion des affaires de l’Etat. Il veut s’attaquer directement et sans état d’âme aux racines des maux qui gangrènent la vie nationale mais cela ne doit pas être interprété comme une porte béante autorisant gratuitement tout excès de zèle de la part de chaque domaine de responsabilité notamment judiciaire.
Le Président de la République Andry Rajoelina est clair dans ses déclarations selon lesquelles, Madagascar doit observer strictement ses engagements internationaux. Pour le moment, ce sont les œuvres d’assainissement global de la situation qui semblent être la première grosse machine de la reconstruction nationale. L’objectif du régime Rajoelina est avant tout de jeter les bases d’une nation moderne et dont le leitmotiv est la bonne gouvernance. Dans la foulée, le régime a besoin, d’abord, d’avoir la confiance des partenaires techniques et financiers. Jusque –là, le Président Rajoelina en particulier et le Gouvernement et les institutions de la République en général bénéficient des soutiens internationaux et tout semble avancer vers une amélioration nette de la situation. D’ailleurs, sans ces réformes en profondeur, on ne peut pas mettre de l’ordre dans la grande Maison Madagascar.

Publié dans Politique

C’est un véritable spectacle désolant ! Certains préfèrent en rire, mais la vérité fait pleurer. Les élections législatives se dérouleront dans deux semaines.  Les électeurs malagasy devront choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale pour les cinq années à venir. Actuellement, les candidats sillonnent le pays cherchant à gagner la confiance des électeurs. Certains candidats se sont particulièrement distingués médiatiquement. Et plutôt en mal qu’en bien. Devant l’absence totale de répondant de la part des citoyens, des candidats aux élections législatives du 27 mai se ridiculisent pour attirer l’attention. Ça part dans tous les sens. Il y a d’abord ce candidat qui, pour se faire pardonner d’avoir délaissé sa ville natale durant les cinq dernières années, s’est mis à laver les pieds des personnes âgées présentes lors de son meeting, à l’image de Jésus Christ, qui selon la Bible, s’était mis à laver les pieds de ses disciples, avant la fête de Pâques. Une autre candidate à sa réélection a pris comme slogan de campagne : « Hafa ihany i Neny ».

Publié dans Politique
lundi, 13 mai 2019

Bataille rangée !

Guerre ouverte. La guerre est déclarée entre le régime IEM, représenté par le Président Rajoelina Andry Nirina et les intérêts des grands capitaux ancrés dans le domaine énergétiques, plus précisément les produits pétroliers représentés par les grandes compagnies implantées à Madagasikara. Il ne s’agit pas d’ « une guerre de tranchée » comme ce fut le cas lors de la Grande Guerre (14-18) où les « poilus » se cherchaient dans le dédale des tranchées où l’essentiel consistait à localiser l’ennemi sans se faire voir. A rappeler que les tirailleurs Malagasy engagés, à cette époque, brillaient par leur témérité. Il est question par ici d’une guerre ouverte, d’une bataille rangée face-à-face entre « adversaires » qui ne se voilent point. D’une part, le Chef de l’Etat en personne qui a ouvertement  déclenché l’offensive. Une authentique déclaration de guerre en public contre les grandes compagnies pétrolières étrangères opérant dans la Grande île devant des témoins oculaires venus nombreux au Palais des sports Mahamasina. Il dénonçait au vu et au su de tous les « magouilles » perpétrées par les compagnies pétrolières dans leurs douteux calculs prétextant l’exorbitant bénéfice qu’ils encaissent impunément. Rajoelina, sans coup férir, martèle qu’on peut bien « délester » jusqu’à  198 Ar le prix imposé actuellement.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Recherche par date

« May 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff