Un homme d’une vingtaine d’années se trouve actuellement à la réanimation de l’HJRA. Son état est jugé par les médecins critique suite aux coups sur la tête et sur d’autres parties de son corps que lui ont assenés des membres de l’association Za’Gasy dans la soirée de lundi. Hier, ce jeune homme est encore dans un état comateux et aucune intervention chirurgicale ne pourrait –être effectuée tant que sa situation ne s’améliore, affirme une source hospitalière. Qui s’excuse s’accuse. Alors que l’opinion publique est toujours concentrée sur les résultats des élections législatives dans la soirée de lundi, le président de l’association Za’Gasy et non moins candidat dans un Arrondissement de la Capitale s’est fait inviter sur des chaines privées, radio et télévision. D’après lui, des membres du fokonolona d’un quartier de la Haute-ville lui ont fait appel sur une soi-disant tentative de fraude dans un bureau de vote. Sans attendre quoique ce soit, celui-ci aurait attaqué ouvertement la candidate de l’IRD comme instigatrice de cette tentative.

Publié dans Société

Comme presque dans toute l'Afrique, la Grande île fait partie des pays africains qui enregistrent un taux de mortalité élevé, lié au tabagisme. Si les statistiques indiquent que la prévalence est de 19,3 % il y a quelques années, près de 7,2 millions des décès enregistrés dans le monde chaque année sont dus au tabac. Face à ces chiffres de plus en plus alarmants, la lutte anti-tabac figure sur la liste des priorités de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et rejoignant les stratégies qui visent à réduire les conséquences des maladies graves et mortelles liées à ce fléau. Cela apparaît d'ailleurs dans le Programme de développement durable qui a pour objectif de diminuer jusqu'à plus de 30 % le taux de décès causés par le tabagisme d'ici 2030. La journée mondiale sans tabac sera célébrée après-demain. Il s'agira de la 31ème et l'on peut dire que les efforts entrepris pour lutter contre le tabagisme continuent à Madagascar comme dans le monde entier. En tout cas, ce sera l'occasion notamment pour le ministère de la Santé, en partenariat avec OMS, d'informer et de sensibiliser la population aux effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.
Lutte sans fin
Environ 1,1 milliard de personnes fument dans le monde, soit plus de 1/7 de la population de la planète. Pendant que le taux du tabagisme baisse dans les pays développés, la consommation de tabac continue de grimper d'environ 3,4 % par an dans les pays en développement. A l'étranger comme à Madagascar, pour lutter contre ce fléau, plusieurs mesures ont été mises en place, entre autres le triplement du remboursement des substituts nicotiniques comme les patchs, le pictogramme « femme enceinte » sur le paquet de cigarettes, l'interdiction de fumer dans les lieux publics et dans les aires de jeux pour enfants, l'interdiction des arômes et additifs particulièrement attractifs pour les jeunes ou encore la création d'un fonds de prévention du tabagisme. A Madagascar, les gens essaient de suivre à la lettre les consignes et règlements en ce qui concerne les zones fumeurs ou non. Karaoké, salle de jeux, restaurant, jardins et autres endroits publics sont interdits pour les fumeurs. Apparemment, les efforts fournis sont palpables malgré le fait que certaines personnes font exprès de ne pas respecter les règlements. Cependant, la loi qui consiste à payer en cas d'infraction à ces règles n'est pas encore acceptée et reste invalide dans la Grande île.
Augmentation du prix
Quoi qu'il en soit, augmenter le prix de la cigarette fait partie des moyens les plus pertinents pour réduire le nombre de fumeurs. Puisqu'à Madagascar, il existe plusieurs types de cigarettes à différents prix, la solution serait de hausser le prix pour chaque marque. « Il est prouvé que cette mesure réduit non seulement le nombre de fumeurs, mais aussi le nombre de cigarettes consommées par les fumeurs restants. Les adolescents, en raison de leur budget réduit, sont particulièrement sensibles au prix des cigarettes. Généralement, une augmentation de prix de 10 % conduit à une réduction du tabagisme de 4 % chez les adultes et de 6 % chez les mineurs. Chaque augmentation importante devrait être accompagnée d'une campagne d'information et de mesures de lutte contre la contrebande », explique un docteur. Il faut noter qu'une cigarette allumée dégage environ 4 000 composés parmi lesquels on peut distinguer l'oxyde de carbone, la nicotine et le goudron. Il est prouvé que c'est la nicotine qui est la première responsable de la pression sanguine, de l'élévation du rythme cardiaque et de la consommation d'oxygène. La consommation de cigarettes, surtout sans filtre, favorise le taux de mortalité par cancer du poumon, du larynx, de l'œsophage, de la vessie, du rein, du pancréas, sans compter le fait que l'appétit disparaît… petit à petit.
Comme presque dans toute l'Afrique, la Grande île fait partie des pays africains qui enregistrent un taux de mortalité élevé, lié au tabagisme. Si les statistiques indiquent que la prévalence est de 19,3 % il y a quelques années, près de 7,2 millions des décès enregistrés dans le monde chaque année sont dus au tabac. Face à ces chiffres de plus en plus alarmants, la lutte anti-tabac figure sur la liste des priorités de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et rejoignant les stratégies qui visent à réduire les conséquences des maladies graves et mortelles liées à ce fléau. Cela apparaît d'ailleurs dans le Programme de développement durable qui a pour objectif de diminuer jusqu'à plus de 30 % le taux de décès causés par le tabagisme d'ici 2030. La journée mondiale sans tabac sera célébrée après-demain. Il s'agira de la 31ème et l'on peut dire que les efforts entrepris pour lutter contre le tabagisme continuent à Madagascar comme dans le monde entier. En tout cas, ce sera l'occasion notamment pour le ministère de la Santé, en partenariat avec OMS, d'informer et de sensibiliser la population aux effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.

Publié dans Société

Le Président Andry Rajoelina effectue sa troisième visite officielle depuis son accession à la magistrature suprême. C'est en France que le plus jeune président africain réalisera sa première visite hors du continent africain après avoir été invité à l'île Maurice dans le cadre de la célébration de l'indépendance de cette île de l'océan Indien et au Sénégal pour honorer l'investiture du Président Macky Sall et la fête de l'indépendance du pays. Trois invitations officielles reçues en moins de six mois, c'est désormais prouvé que la Nation malagasy en général a une estime certaine auprès des pays étrangers. Invité par le Président français, Emmanuel Macron, Andry Rajoelina avec sa petite délégation est arrivé dans la Capitale française dans la matinée d'hier pour un séjour jusqu'à lundi.  Il a débuté sa visite officielle par la revue de troupe de l'armée française à la place des Invalides où l'hymne national malagasy a été exécuté. Après le déjeuner au quai d'Orsay avec le ministre des Affaires étrangères français, Jean Yves le Drian, le Président Andry Rajoelina s'est rendu au siège de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) avec sa délégation où il a été reçu par la nouvelle secrétaire générale de l'organisation, Louise  Mushikiwabo.

Publié dans Politique

La loi organique n° 2019 - 002 du 14 février 2019, modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n° 2018-010 du 11 mai 2018, a institué un mode de  scrutin parallèle pour l'élection des députés à l'Assemblée nationale. Dans les circonscriptions qui ne comportent qu'un seul siège à pourvoir, où les députés sont élus au scrutin majoritaire uninominal à un tour, la détermination du vainqueur ne pose aucune difficulté puisqu'il s'agit  du candidat qui aura obtenu le plus grand nombre de voix. Par contre,  dans les circonscriptions qui comportent plusieurs sièges à pourvoir, selon l'article 4 de ce texte,  « l'élection a lieu au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à un tour selon la règle du quotient électoral et celle de la plus forte moyenne». Des termes ésotériques pour le commun des citoyens pour qui dégager l'issue du scrutin à travers les suffrages publiés s'avère alors moins évident. Pour ceux qui ne veulent pas se contenter d'attendre les résultats publiés par la CENI ou la HCC, ci-après la manière de calculer les résultats à partir des chiffres provisoires.

Publié dans Politique

Le visage de la future Assemblée nationale se précise. Quelques mois après son entrée à Iavoloha, le Président Andry Rajoelina est en position de force pour s’assurer une majorité à Tsimbazaza. La Commission électorale nationale indépendante a publié hier les premières tendances des résultats des élections législatives de lundi.  Des tendances qui semblent d’ores et déjà ne laisser aucun doute sur la future couleur de l’Assemblée nationale.  La majorité à l’Assemblée nationale sera composée de la coalition présidentielle Isika rehetra miaraka amin’ny Prezida Andry Rajoelina. Le nombre exact de siège reste encore à préciser. En effet, à la lecture des tendances publiées par la CENI, les candidats de l’IRD sont majoritairement en bonne voie pour remporter un siège de député. Dans la Capitale, ils sont tous bien partis pour remporter un siège de député.

Publié dans Politique
mardi, 28 mai 2019

Le profil gagnant

Le profil du succès commence à se définir à l’horizon. La victoire déjà prévue bien avant le scrutin se confirme au fur et à mesure que les résultats parvinrent aux bureaux de comptage des voix par District. Quelles que soient les allures de la participation et de l’abstention, le peuple a bel et bien fait son choix. Effectivement, la crainte d’un taux d’abstention élevé sentie avant la date de l’élection s’est avérée exacte ou fondée. Une abstention record diversement interprétée, et ce, selon l’angle de vue où l’on se place par rapport aux affaires nationales. Les détracteurs du régime qui, en fait, ne voient que du noir et qui guettent la moindre défaillance pour enfoncer le clou se livrent à des fantasmes. Le faible taux de participation est, selon eux, mis pour le compte des tenants du pouvoir. Il traduirait le faible intérêt sinon de crédit que l’opinion accorderait au régime IEM. En quelque sorte, l’abstention massive reflèterait selon ces analystes agissant pour le compte des « ennemis du peuple » (fahavalom-bahoaka) un désamour   des Malagasy à l’endroit de Rajoelina Andry. Sans doute, on a affaire ici à une conclusion hâtive ! Un constat expéditif faisant un raccourci pour discréditer le pouvoir en place. A noter qu’en 2013, les législatives avaient été effectuées en simultané avec le deuxième tour de la présidentielle, le 20 décembre, les observateurs ont constaté également un « taux d’abstention historique ».

Publié dans Editorial

Après la conférence de presse organisée par le club de partenaire en vue d’une levée de fonds qu’ils ont lancée pour la contribution des citoyens à la préparation des  Barea,  le comité de normalisation (CN) pour la fédération malagasy de football n’a pas tardé à remettre le pendule à l’heure. Il a mis les points sur les i face à la confusion créée par l’existence de deux mécanismes de levée de fonds pour la participation des Barea à la CAN 2019. Etant la seule et unique instance reconnue au niveau national et international dans toutes  les compétitions, il est en charge de la gestion financière et ne donnera pas de pouvoir de signature à des personnes autres que ses représentants. Ainsi, l’instance du football national annonce dans un communiqué que « le basket found a été mis en place par la FMF pour recueillir les contributions de tous pour cet effort national et est ouvert à tous.  Et les fonds recueillis en dehors du basket found ne supporteront pas les charges officielles liées à la préparation des Barea ni à la logistique ni aux équipements ou autres frais de participation à la CAN ».

Publié dans Sport

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Recherche par date

« May 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff