Politique

A bon chat, bon rat. Les autorités municipales tonnent face aux vives critiques dont elles font l’objet ces derniers temps. Julien Andriamorasata, le deuxième adjoint du maire Lalao Ravalomanana, a donné la réponse du berger à la bergère, hier...
Le régime Hvm tente le tout pour le tout dans le dessein de se maintenir au pouvoir jusqu’aux prochaines échéances électorales pour lesquelles des fourberies sont d’ores et déjà envisagées. Les bruits sur l’éventuelle attribution des véhicules 4x4 tant réclamés par les députés de Madagascar tendent à s’amplifier au fur et à mesure que, selon les conversations dans les coulisses, la hache de la motion de destitution pourrait être déterrée durant la session parlementaire en cours. 
Les 9 membres du comité national chargé de sélectionner celles et ceux qui siègeront au sein du futur Conseil du fampihavanana malagasy (Cfm) s’attellent à leur mission, selon Alphonse Maka, un des rédacteurs du texte régissant ledit comité. Présidé par le théologien Emmanuel Djacoba Tehindrazanarivelo, l’organe a pour lieu de travail le bâtiment abritant la délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie à Antaninarenina qui jouxte le Palais présidentiel d’Ambohitsorohitra à Antananarivo.
  Aucune convocation, ni la moindre audition. L’affaire Riana Andriamandavy VII laisse perplexe le simple citoyen quant à l’effectivité de l’Etat de droit et l’égalité devant la Justice à Madagascar. Au même titre que l’affaire Claudine Razaimamonjy, le dossier de son beau – frère retient également l’attention au plus haut point. Deux affaires qui devront pourtant connaître de nouveaux rebondissements dans les prochains jours. Rappelons que d’après les précisions du procureur général près la Cour Suprême, les agents de la Brigade de recherches au sein de la Gendarmerie nationale ont décidé de lui transmettre le dossier Riana Andriamandavy VII pour…
Sans complaisance. C’est ainsi que l’on peut traduire comment l’opinion publique internationale suit ce qui est désormais désigné par « l’affaire Claudine », pour parler du cas de cette femme d’affaires très proche du couple présidentiel et impliquée jusqu’au cou dans une affaire de détournement de deniers publics à grande échelle,
Un scandale qui ne dit pas son nom. Nous avons déjà annoncé dans l’une de nos éditions précédentes le défilé de députés qui s’est effectué au Palais d’Iavoloha, durant la soirée du mardi 23 mai dernier. Suite à une « convocation » émanant du Président de la République, certains parlementaires ont fait le déplacement au Palais présidentiel. Une rencontre discrète qui n’a pourtant pas échappé aux yeux attentifs des observateurs. Aujourd’hui, grâce aux témoignages de certains députés qui ont eu connaissance de cette rencontre, nous avons pu obtenir de plus amples informations sur cette fameuse série de rencontres.
Aux yeux des observateurs avertis, la conférence-débat intitulée « Le nomadisme dans la jurisprudence constitutionnelle malgache » abritée par la Haute Cour constitutionnelle (Hcc) à Ambohidahy, Antananarivo, mardi après-midi, a été une manière pour Jean Eric Rakotoarisoa d’esquiver autrement l’application des dispositions de l’article 72 de la Constitution de la République. Ces dispositions prévoient, sous certaines conditions, la déchéance d’un député s’il change de groupe politique ou s’il dévie de la ligne de conduite de son groupe parlementaire. Pour invalider cette assertion, le constitutionnaliste malgache de renom et président de la Hcc a recouru aux bons offices de l’un de…

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff