Politique

Une vaste campagne de communication a été lancée récemment autour du Président Hery Rajaonarimampianina. Une page entière de texte dithyrambique autour du Chef de l’Etat intitulé  « Hery Rajaonarimampianina, le pédagogue incompris » a été inséré à titre d’annonce publicitaire dans les journaux.
Les dix maires, membres de l’Association des grandes villes de Madagascar (Agvm), se retrouvent à Toamasina pour une assemblée générale de deux jours qui se tiendra à la Mairie de la ville du port à partir d’aujourd’hui.
  Que la Justice fasse la lumière sur cette affaire et que Claudine Razaimamonjy soit jugée. C’est le souhait du président de l’Ordre des avocats de Madagascar, Maître Hubert Raharison, au cours d’une conférence de presse dans ses bureaux à Anosy,
A voir la photo de Claudine Razaimamonjy publiée par certaines presses hier, il est clair qu’on veut faire croire au public qu’elle est dans un état de fatigue extrême, à un tel point elle ne peut même pas ouvrir les yeux malgré la présence de visiteurs, voire qu’elle ne peut pas se tenir debout. A trop vouloir bien faire cependant, ceux qui ont eu l’initiative et les réalisateurs de cette opération médiatique ont totalement perdu de vue certains faits antérieurs qui, rapprochés à la scène supposée se dérouler avant-hier, met en évidence de grossiers faux raccords (voir définition de ce terme…
La réapparition inattendue de Claudine Razaimamonjy dans la presse déchaîne les rumeurs et spéculations. Plus d’une dizaine de jours après sa réadmission à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra), celle qui est présentée comme étant une conseillère spéciale du Président de la République Claudine Razaimamonjy est finalement réapparue, par le biais notamment des photos de presse. Une réapparition qui suscite énormément de questions. 
Le clash du clan Ravalomanana avec le régime Rajaonarimampianina est inévitable comme nous l’avons déjà prédit (cf. La Vérité du 21 avril). L’ancien Président lui-même a déclaré, hier vers la fin de matinée, la rupture définitive de sa formation politique Tiako i Madagasikara (Tim) avec le pouvoir en place.
Le sénateur Riana Andriamandavy VII fait encore des siennes. Hier, au cours d’une interview en marge de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire de la Chambre haute du Parlement au Palais de verre d’Anosy, le sénateur Riana Andriamandavy VII a donné sa version concernant le contrôle de détention de Claudine Razaimamonjy, effectué dimanche soir à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra). 

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff