Politique

Et de trois ! Saraha Rabeharisoa se présente, pour la seconde fois, à l'élection présidentielle. Ce qui fait d'elle la 3ème femme en lice dans cette course à la magistrature suprême après Eliana Bezaza du Parti Social démocrate (Psd) et Arlette Ramaroson du Front patriotique pour la reconstruction de Madagascar. Ce fut au cours d'une conférence de presse hier à Vohipiraisana sis à Ambohijatovo Ambony que le parti Libéral Démocrate (Pld), a proposé son leader Rabeharisoa Saraha pour cette course à la magistrature suprême et ce, à l'issue de son premier congrès. S'étant déjà présentée sous les couleurs du parti…

Projets de lois électorales - Andry Rajoelina monte au créneau !

Publié le vendredi, 23 mars 2018
Un devoir. C’est ainsi que l’ancien président Andry Rajoelina qualifie son intervention sur des chaînes privées hier en abordant le sujet concernant les projets de loi organique relatifs aux élections  qui sont actuellement au cœur d’une session extraordinaire au parlement. Le président national du Mapar avertit d’ores et déjà que « l’utilisation de ces lois telles qu’elles  pour les futures élections n’apportera pas l’apaisement et ne fera qu’avantager les tenants du régime ».

Affaire Ambohimahamasina - Mahafaly « Vraiment » intouchable

Publié le vendredi, 23 mars 2018
Claudine Razaimamonjy est vraiment revenue sur le devant de la scène politique malgache. Dernier rebondissement connu dans le cadre de cette affaire vraiment scandaleuse, la milliardaire avait comparu devant la Chaîne pénale  anti-corruption avec plusieurs autres personnes pour des faits de détournement de fonds publics, de complicité et de faux et usage de faux.  Outre la propriétaire de l'A&C Hôtel, un ancien ministre des Finances et du Budget, un ancien Directeur général du Trésor public et une autre opératrice économique, figurent dans la liste des suspects.

Loi sur les élections - Les délits du Gouvernement

Publié le jeudi, 22 mars 2018
Le Conseil des ministres hier a convoqué les parlementaires pour une troisième session extraordinaire consécutive, laquelle débutera ce jour. L'adoption des projets de loi électoraux, notamment le projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums à Madagascar, sera une nouvelle fois au centre de tous les débats. Des dispositions de ce texte sont considérées comme démocraticides et génératrices de crise par les députés  du Tiako i Madagasikara, du Miaraka amin'ny prezida Andry Rajoelina et par de nombreux députés indépendants. Pour permettre à tout un chacun de se faire une idée des craintes des députés ci-après…

Société AAA - Le chômage technique s’impose

Publié le jeudi, 22 mars 2018
Plus de 700 employés de la société AAA et leurs familles risquent de mourir à petit feu après les 168 vaches laitières à la ferme de Tiko à Andranomanelatra Antsirabe II (cf. notre édition du 7 mars). En conférence de presse, ses dirigeants et avocats ont hier annoncé leur décision d’entrer en chômage technique conformément à l’article 13 du Code du travail malagasy. « Le chômage technique signifie que la société cesse de payer ses employés et les impôts. Elle n’est plus tenue de payer l’électricité et l’eau de la Jirama », a souligné le directeur général Lanto Rabenantoandro. Il a révélé que…
Un an après l'interpellation de la milliardaire, les têtes continuent de tomber dans l'affaire Claudine Razaimamonjy. Le dossier connait de nouveaux rebondissements. Avant-hier jusqu'à hier, la milliardaire a comparu devant la Chaîne Pénale Anti-Corruption avec plusieurs complices pour des faits de détournement de fonds publics,  de complicité,  et de faux et usage de faux.
L’Organisation non gouvernementale (Ong) Tolotsoa, Transparency international initiative Madagascar, l’Ong Ivorary, le Medem et le Hetsika Rohy sortent de leur mutisme. Dans un communiqué intitulé : Concours d’entrée à l’ENMG (Ecole nationale de la magistrature et des greffes): indignation sur indignation, publié avant-hier, ces organisations de la société civile engagées dans la lutte contre la corruption ont exprimé leur « indignation élevée devant la gravité des évènements qui se sont accumulés à l’ENMG où ont été révélés des soupçons de corruption sur le concours d’admissibilité de cette année d’une part, et de tentative en haut lieu d’entraver les enquêtes subséquentes d’autre part ».

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff