Politique

Libération du Sénateur Lylison - L'Etat cherche la petite bête

Publié le vendredi, 08 juin 2018
Acharnement. C'est le meilleur qualificatif pour justifier la tentative de la partie civile, en l'occurrence l'Etat, à refuser le verdict du tribunal concernant l'affaire du sénateur Lylison. Celui-ci a en effet gagné son opposition  tenu mardi dernier au tribunal Anosy à l'issue duquel, il a été blanchi de ses chefs d'inculpation d'atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat et manifestation non autorisée. Selon des informations, la partie civile se dit insatisfait de ce verdict et compte faire appel. Si cette information est avérée, on s'interroge jusqu'où l'Etat veut aller dans ce dossier du sénateur Lylison. 
Alors que l'échéance pour la formation du gouvernement imposée par la Haute Cour Constitutionnelle est près de se terminer, la répartition des ministères continuent de diviser. Du côté d'Iavoloha, le Président au bord de la déchéance veut dicter sa loi alors que sur la place du 13 mai, les députés du changement maintiennent leur non catégorique à tout gouvernement de consensus. Si l'on se penche sur l'Arrêt n°11-CES/AR du 06 février 2014 portant proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 20 décembre 2013 cité en référence par la HCC, il est mentionné que sur les 151 postes des députés…
Sitôt la passation effectuée, le nouveau Premier ministre a ordonné la perquisition du domicile de son prédécesseur. Ce dernier est soupçonné d’avoir détourné environ 640 millions d’euros mais son statut de Premier ministre ne permettait pas de l’inquiéter de quelque manière que ce soit. La  perquisition de l’une des propriétés de luxe du PM sortant a mis à jour une véritable caverne d’Ali Baba : 284 cartons contenant 72 sacs à main de grandes marques remplis d'argent en différentes devises et de bijoux ont été saisis. Selon la Police, rien que l’argent en espèces confisqué avoisinerait les 25 millions d’euros. Quant aux…
Ministère de l’Intérieur et de la décentralisation et le ministère de la Communication et des relations avec les institutions. C’est au sein de ces deux portefeuilles ministériels que Mahafaly Solonandrasana, l’ancien Premier ministre malgache, aimerait que certains de ses proches soient nommés. Les tractations et les marchandages se poursuivraient dans les hautes sphères pour intégrer la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par Christian Ntsay. Selon les informations qui circulent, parmi ses amis, Mahafaly Solonandrasana souhaiterait voir la nomination de deux hommes : Tokely Justin et James Ramarosaona. 

Eliana Bezaza - Dans le cercle des « dinosaures politiques » ?

Publié le jeudi, 07 juin 2018
La candidate déclarée à l’élection présidentielle et non moins présidente du Parti Sociale Démocrate (PSD), Eliana Bezaza a fait une sortie médiatique hier sur les ondes de quelques radios privées de la Capitale. Elle a notamment pointé du doigt la nomination du nouveau Premier ministre, Ntsay Christian tout en remettant en question la neutralité du nouveau Chef du Gouvernement. Ceci explique d’ailleurs cela car en  exposant sa position par rapport à la situation politique actuelle, elle s’est aussi dite en faveur d’une nouvelle transition ainsi que d’un référendum constitutionnel au lieu d’un scrutin présidentiel. « Ce n’est pas la transition en…
La future composition du Gouvernement de Christian Ntsay devra être connue lundi prochain au plus tard soit dans 72 heures tout au plus. Et ce, conformément à l’article 6 de la décision n°18 de la HCC en date du 25 mai dernier qui dispose que : « Le Président de la République nomme les ministres sur proposition du Premier ministre, dans un délai de sept (07) jours pour compter de la nomination du Premier ministre, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution  et aux termes de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de…
L’effectivité de la Haute Cour de Justice permet désormais de mettre en accusation de hautes personnalités de l’Etat, dont le Premier ministre. Le fraîchement ancien locataire de Mahazoarivo,  Mahafaly Solonandrasana Olivier, pour sa part, est impliqué dans une affaire déjà en cours auprès du Bureau indépendant anti -corruption (BIANCO). Il s’agit de la très célèbre  « affaire Claudine », du prénom de la proche parmi les proches du couple présidentiel, Razaimamonjy de son nom de famille, laquelle est actuellement en détention provisoire à la maison d’arrêt de Manjakandriana. La suite de l’instruction reste suspendue à l’audition d’autres personnes, parmi lesquelles figure en…

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff