Publié dans Dossier

Signalement des cas de violences - La ligne d'urgence 813 débordée

Publié le mercredi, 25 novembre 2020


Opérationnelle depuis le mois d’avril de cette année. La ligne d’urgence 813 reçoit quotidiennement plusieurs appels de signalement des violences sous toutes ses formes, touchant à la fois les enfants, les femmes, les hommes, les homosexuels et les transgenres. Les statistiques en disent long sur la persistance des violences à Madagascar, notamment depuis la crise sanitaire liée au coronavirus. « Depuis la mise en place de la ligne d’urgence 813, plus de 4 000 appels ont été reçus. La majorité des appelants signalent, dénoncent ou se plaignent des violences psychologiques, économiques, physiques et sexuelles », rapporte Rova Rabetaliana, directeur général de la Promotion de la femme (DGPF) auprès du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF). Les 6 intervenants sociaux et éléments de la Brigade féminine de proximité, dépêchés quotidiennement derrière cette ligne d’urgence, ne chôment pas. D’ailleurs, plus de la moitié des appels se composent de canulars téléphoniques. « Cette situation bloque ceux qui ont vraiment besoin d’écoute, d’assistance et d’orientation. Ceci d’autant plus que les intervenants ne peuvent pas leur raccrocher au nez », se désole le DGPF.
Un psychologue mobilisé
La perte d’emploi et le chômage technique engendrés par la pandémie constituent les principales causes de la recrudescence des cas de violence, notamment au niveau conjugal. Outre la confiscation de salaire de leurs épouses, d’autres hommes qui travaillent gardent leur paie et en privent leurs foyers. Cette forme de violence économique reste la plus courante. Bon nombre de victimes préfèrent parler de leur calvaire aux intervenants de la ligne d’urgence 813 pour obtenir des conseils et se soulager. D’ailleurs, le MPPSPF et ses partenaires ont engagé un psychologue afin d’assurer le soutien des victimes qui en ont besoin. D’après notre source, les intervenants sociaux sélectionnent les victimes qui ont besoin d’accompagnement psychologique, en considérant leur cas respectif. Le psychologue intervient à travers des appels téléphoniques. Les victimes  accompagnées ne déboursent aucun sou ni de crédit téléphonique puisque les prestations leur sont assurées gratuitement. Faut-il rappeler que le fait de briser le silence, à travers les signalements, est indispensable pour stopper la violence. Cela inclut la lutte, la prise en charge, la répression et l’accompagnement psycho-social des survivants.

Plusieurs activités au programme
« Brisons le silence, stop à la violence ». Tel est le thème de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, célébrée hier. Une cérémonie y afférente s’est tenue hier au parvis de l’Hôtel de ville à Analakely, marquant également le lancement de la campagne des 16 jours d’activisme pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG). Outre la série de discours, une vente-exposition initiée par les survivantes  dotées d’activités génératrices de revenu s’est tenue dans le lieu de la célébration. Des sensibilisations contre les viols, des offres de service de prise en charge en matière de santé ainsi que diverses animations ont également été au rendez-vous. Ceci pour accroître la prise de conscience et les connaissances de la population sur le phénomène de VBG, d’une part et pour témoigner un soutien significatif envers les membres de la communauté contribuant dans cette lutte, de l’autre. La célébration d’hier à Analakely a également été marquée par le show avec la slameuse Joey Aresoa, démontrant le calvaire et les appels de détresse des victimes de violences, ainsi que la force et le courage des femmes au quotidien.

Réalisé par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Secteur aurifère - Une exportation ciblée peut soutenir la valeur de l’ariary
  • Tournée présidentielle dans le Sud - Andry Rajoelina sème l’espoir
  • Président Rajoelina à Fianarantsoa - « Le budget pour la Santé sera révisé à la hausse »
  • Devises - 400 millions $ « dorment » dans les comptes des résidents à Madagascar
  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Par monts et vallées !
    Infatigable, le Président Rajoelina sillonne et arpente monts et vallées et pour cause, la bataille sans merci contre la pandémie de la Covid-19 variant sud-africain. Le jeune commandant en chef de la guerre s’engage à tous les fronts.Selon le bilan officiel, en date du 4 mai, le pays enregistre 127 nouveaux cas, 492 guéris et 8 décès. En tenant compte du bilan du 3 mai, 238 nouveaux cas et 5 décès, force est de reconnaitre que la tendance générale accuse une baisse. Certes, le chiffre des patients victimes garde une certaine « stabilité » mais les efforts conjugués portent leurs fruits. Des résultats que l’on peut qualifier de relatifs toutefois, les espoirs sont permis. L’arrivée très prochainement (vendredi 7 mai) et le début de la campagne vaccinale en début de semaine prochaine (lundi 10 mai) laissent supposer que la lutte va enclencher la vitesse supérieure sinon ils permettent d’entrevoir une…

A bout portant

AutoDiff