Publié dans Dossier

Signalement des cas de violences - La ligne d'urgence 813 débordée

Publié le mercredi, 25 novembre 2020


Opérationnelle depuis le mois d’avril de cette année. La ligne d’urgence 813 reçoit quotidiennement plusieurs appels de signalement des violences sous toutes ses formes, touchant à la fois les enfants, les femmes, les hommes, les homosexuels et les transgenres. Les statistiques en disent long sur la persistance des violences à Madagascar, notamment depuis la crise sanitaire liée au coronavirus. « Depuis la mise en place de la ligne d’urgence 813, plus de 4 000 appels ont été reçus. La majorité des appelants signalent, dénoncent ou se plaignent des violences psychologiques, économiques, physiques et sexuelles », rapporte Rova Rabetaliana, directeur général de la Promotion de la femme (DGPF) auprès du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF). Les 6 intervenants sociaux et éléments de la Brigade féminine de proximité, dépêchés quotidiennement derrière cette ligne d’urgence, ne chôment pas. D’ailleurs, plus de la moitié des appels se composent de canulars téléphoniques. « Cette situation bloque ceux qui ont vraiment besoin d’écoute, d’assistance et d’orientation. Ceci d’autant plus que les intervenants ne peuvent pas leur raccrocher au nez », se désole le DGPF.
Un psychologue mobilisé
La perte d’emploi et le chômage technique engendrés par la pandémie constituent les principales causes de la recrudescence des cas de violence, notamment au niveau conjugal. Outre la confiscation de salaire de leurs épouses, d’autres hommes qui travaillent gardent leur paie et en privent leurs foyers. Cette forme de violence économique reste la plus courante. Bon nombre de victimes préfèrent parler de leur calvaire aux intervenants de la ligne d’urgence 813 pour obtenir des conseils et se soulager. D’ailleurs, le MPPSPF et ses partenaires ont engagé un psychologue afin d’assurer le soutien des victimes qui en ont besoin. D’après notre source, les intervenants sociaux sélectionnent les victimes qui ont besoin d’accompagnement psychologique, en considérant leur cas respectif. Le psychologue intervient à travers des appels téléphoniques. Les victimes  accompagnées ne déboursent aucun sou ni de crédit téléphonique puisque les prestations leur sont assurées gratuitement. Faut-il rappeler que le fait de briser le silence, à travers les signalements, est indispensable pour stopper la violence. Cela inclut la lutte, la prise en charge, la répression et l’accompagnement psycho-social des survivants.

Plusieurs activités au programme
« Brisons le silence, stop à la violence ». Tel est le thème de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, célébrée hier. Une cérémonie y afférente s’est tenue hier au parvis de l’Hôtel de ville à Analakely, marquant également le lancement de la campagne des 16 jours d’activisme pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG). Outre la série de discours, une vente-exposition initiée par les survivantes  dotées d’activités génératrices de revenu s’est tenue dans le lieu de la célébration. Des sensibilisations contre les viols, des offres de service de prise en charge en matière de santé ainsi que diverses animations ont également été au rendez-vous. Ceci pour accroître la prise de conscience et les connaissances de la population sur le phénomène de VBG, d’une part et pour témoigner un soutien significatif envers les membres de la communauté contribuant dans cette lutte, de l’autre. La célébration d’hier à Analakely a également été marquée par le show avec la slameuse Joey Aresoa, démontrant le calvaire et les appels de détresse des victimes de violences, ainsi que la force et le courage des femmes au quotidien.

Réalisé par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la matière grise !
    Madagasikara se trouve à la croisée des chemins pour le recrutement de certains postes-clés et hautement stratégiques. D’emblée, une cynique mais légitime question intervient : « le pays dispose-t-il suffisamment de matière grise pour satisfaire ses besoins ? ». La Compagnie nationale malagasy de transport aérien « Air Madagascar » recrute son directeur général (DG). Elle est à la recherche depuis une semaine d’un oiseau rare. Depuis le départ volontaire du DG Besoa Razafimaharo en décembre 2019, Air Mad n’a plus de DG titulaire. La Direction générale a été assurée par une intérimaire, en la personne de Hanitra Rasetarinera, et ce depuis le 15 janvier 2020. Elle n’est autre que le directeur général adjoint, chargé de la finance. Evidemment, la mission que le Conseil d’administration entend confier à l’oiseau rare (le DG) consiste à relever la Compagnie. En effet, le divorce forcé avec la Compagnie réunionnaise Air Austral portait un…

A bout portant

AutoDiff