Publié dans Economie

Masques de protection en tissu - Dix entreprises en phase d’exporter leurs produits

Publié le dimanche, 17 mai 2020

Pris d’assaut. Les masques de protection chirurgicaux FFP2 connaissent une pénurie sur le marché mondial. Dans le contexte actuel où le coronavirus ne cesse de se propager, plusieurs pays se tournent vers l’utilisation des masques de protection en tissu en guise d’alternative. Les entreprises franches et textiles malagasy ont ainsi saisi cette opportunité afin d’écouler leurs produits. Dorénavant, Madagascar devient un pays exportateur de cache-bouches. « Dix entreprises ont déjà déposé leur demande d’autorisation auprès du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat.

Elles vont approvisionner notamment les îles voisines, les pays d’Afrique, ceux de l’Europe et de l’Amérique. A noter que ces sociétés sont les premières à avoir été impactées par la baisse considérable de la demande. Par contre, les besoins en masques de protection haussent sur le marché international. Cette exportation leur permettra de survivre durant cette crise tout en maintenant l’emploi dans le pays », annonce Ramindo Gaëtan, directeur général de l’industrialisation lors de son intervention dans une chaîne de télévision privée. 

La société Akanjo figure parmi les entreprises textiles exportatrices. Selon le directeur général, Guerrier Alexandre, leur société a déjà prévu d’exporter 5 000 masques de protection vers le Canada. « Nous avons déjà obtenu une autorisation auprès du ministère de tutelle. Ces cache-bouches sont vendus à 1,20 euro la pièce. Par ailleurs, nous produisons 10 000 pièces par jour. On approvisionne en même temps la population locale », explique-t-il. Cette entreprise exporte également vers La Réunion. L’île voisine importe 50 000 masques en tissu chaque semaine pour alimenter le marché local. 

Dès l’annonce de l’arrivée de la pandémie dans la Grande île, le Gouvernement malagasy travaille en étroite collaboration avec cinq entreprises franches pour confectionner 150 000 masques par jour. Et ce, afin d’assurer une distribution gratuite à toute la population. Cela permettra aussi aux entreprises de survivre car le secteur textile reste un secteur stratégique à Madagascar. Il représente 19 % du produit intérieur brut. 

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff