Publié dans Economie

Tsaradia - Une perte estimée à 10 milliards d’ariary

Publié le jeudi, 21 mai 2020


La filiale domestique d’Air Madagascar se bat pour sa survie. Tsaradia lancera officiellement son premier vol tout-cargo, dimanche prochain en direction de Sambava. Ce service a surtout été mis en place pour permettre à la compagnie de compenser les pertes face à la suspension des vols intérieurs en raison de la crise sanitaire actuelle mais aussi pour avoir de quoi assurer ses dépenses. « Aujourd’hui, nous estimons nos pertes entre 2,5 à 3 millions de dollars, soit entre 8 à 10 milliards d’ariary. Effectivement, au lendemain de la suspension des vols, nous avons enregistré plus de 6 000 annulations. Ce vol tout-cargo sera alors une bouffée d’oxygène pour la compagnie mais aussi pour notre économie, surtout que nos principales sources de revenus se sont principalement reposées sur le rapatriement des ressortissants européens et le transport des matériels et kits médicaux, sans oublier la réouverture momentanée des vols régionaux du 7 au 9 avril dernier »  a précisé Andriamamonjy Rafanomezantsoa, directeur général de Tsaradia, mercredi dernier, lors d’une entrevue avec quelques membres de la presse, à La Tour à Ankorondrano, avant de rajouter que « ce projet de vol-cargo ne date pas d’hier. Nous l’avons préparé depuis le mois d’août 2019. Ce sera une solution à long terme pour améliorer les revenus de la compagnie».
Malgré ces pertes, Tsaradia a quand même continué de tourner, contrairement aux compagnies opérant sur le continent africain comme Air Mauritius qui s’est placé en redressement judiciaire ou encore South Africa Airways qui a mis la clé sous la porte. « Même avec la crise, nous n’avons pas mis nos employés au chômage, que ce soit partiel ou total. Nous avons continué de fonctionner jusque-là. Ces vols tout-cargo devraient alors, si tout se déroule comme prévu,  tenir ce même rythme tout en limitant les dégâts pour encore un mois et demi ou deux, dans la mesure où ils couvriraient 5 à 10% de nos revenus », a soutenu le premier responsable de la compagnie. Effectivement, le kilogramme sera vendu à partir de 4 500 ariary, mais elle variera en fonction de la catégorie du produit à transporter. D’une capacité de 5,5 tonnes, l’ATR devrait ainsi rapporter plus de 25 millions d’ariary, en aller simple, mais il faudra encore en retirer les charges fixes.
Plan de redressement
Toutefois, un plan de relance est déjà en cours d’élaboration pour appuyer Tsaradia dans son redressement, après cette crise sanitaire. La compagnie a déjà approché ses différentes partenaires techniques et financiers pour leur faire part de leurs besoins et de leurs attentes. « La phase de redressement est en préparation. Plusieurs scénarios sont actuellement abordés dans le plan de relance pour adapter les mesures prises en fonction de l’évolution de la situation. 70% de notre clientèle par exemple sont des touristes étrangers. Nous devons alors cibler la diaspora malagasy qui reviendra dans le pays », a expliqué le DG de Tsaradia. En tout cas, Tsaradia s’adaptera au fur et à mesure de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays.
Rova Randria

Fil infos

  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent
  • Pôle anti-corruption d’Antananarivo - 649 dossiers traités en deux ans
  • Projet d’incendie à l’université de Toamasina - Un conseiller de l’ex-Président dans le collimateur de la Justice
  • Code municipal d’hygiène - Réplique du maire Naina Andriantsitohaina
  • Assassinat de Danil Radjan - La théorie d’un règlement de comptes privilégiée
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar, parmi les pionniers dans la médecine traditionnelle
  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé

La Une

Editorial

  • Cause toujours !
    Palabre par-ci ! Causerie par-là ! Décidément en face, de l’autre côté de la rive, on n’en finit pas de jacasser, de caqueter ou de papoter. De la cacophonie ! De l’énervement superficiel ! D’un semblant de colère d’un juste ! En réalité, on a la peur bleue d’être fauché à … jamais.Ravalomanana Marc en binôme avec Rivo Rakotovao s’agitent. Si le premier fut un ancien Chef d’Etat plutôt un président déchu, le second un futur ex-président d’institution. Entourés d’une cohorte de rapaces avides de proies faciles, ils font du bruit, du tapage inutile. Le tout donc dans un ensemble factice portant l’étiquette d’opposition. A Madagasikara, il n’existe pas d’opposition à proprement parler. On n’a que des ex de ceci ou d’anciens de cela ou encore des ratés qui gesticulent dans un but inavoué de récupérer, d’une manière ou d’une autre, quelque chose qui a échappé à la prise. Inaptes…

A bout portant

AutoDiff