Publié dans Economie

Air Madagascar-Air France - Une ambiance malsaine dans l’air

Publié le dimanche, 27 septembre 2020

Guerre froide déclarée ? Hier, dans la soirée, la compagnie aérienne malagasy a communiqué sur les réseaux sociaux que le vol MD 050 d’aujourd’hui est annulé. Et pour cause, « nous avons été informés par l’Aviation civile française que tous les vols d’Air Madagascar au départ d’Antananarivo ne pourront plus prendre de passagers jusqu’à nouvel ordre », a publié la Direction de la compagnie. Néanmoins, les vols de rapatriement pourront encore se faire, sauf qu’Air Madagascar devra faire des vols à vide à partir de cette semaine. Alors que la compagnie a annoncé deux jours auparavant l’augmentation de ses fréquences pour le mois prochain, à raison de quatre vols par semaine. Cette décision de l’Aviation civile française est donc un vrai coup de massue pour Air Madagascar, qui essaie aujourd’hui de retrouver un semblant d’équilibre après avoir subi les impacts de la crise économique générée par la propagation de la pandémie de coronavirus.  

Pourtant, de son côté, la compagnie aérienne française a annoncé la reprise de ses vols reliant Paris à Antananarivo. Air France a en effet programmé des vols spéciaux, dits « de rapatriement », s’étalant sur tout le mois d’octobre. Les vols au départ de Paris à destination d’Antananarivo se feront tous les vendredis, à partir de vendredi prochain, tandis que les vols retour seront programmés tous les dimanches. D’après les informations collectées, seuls les vols Paris-Antananarivo seraient encore en attente d’autorisation. Air France envisage même une reprise des vols réguliers, à raison de trois rotations par semaine à la fin du mois prochain. Dans tous les cas, cette situation a instauré une ambiance malsaine entre les deux compagnies, voire les deux pays. 

A travers les vols de rapatriement, l’Etat malagasy souhaite juste faciliter le retour au pays des ressortissants bloqués à l’étranger, tout en soutenant la compagnie aérienne nationale, surtout après près d’un semestre d’inactivité. Après avoir observé les vols entre les deux pays effectués par Air Madagascar, Air France entend ainsi, indirectement, reprendre sa part sur le marché. Pourtant, cette dernière a déjà assuré le rapatriement de plus de 8 000 personnes, et ce depuis la fermeture des frontières aériennes du pays, au mois de mars dernier. Contrairement à Air France, Air Madagascar n’a même pas encore dépassé la barre des 2 000 passagers depuis le début des vols de rapatriement. La comparaison ne peut donc pas se faire entre les deux compagnies. Rien qu’avec ces chiffres, aucune notion de réciprocité ne pourrait donc être évoquée. Tout reposera sur les autorisations délivrées à Air France. Affaire à suivre.  

La Rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff