Publié dans Economie

Pâtes alimentaires, couverture et détergents en poudre - Création de six nouvelles industries locales

Publié le jeudi, 12 novembre 2020

Une première expérience concluante. L’application de la hausse des droits de douane sur les produits importés notamment les pâtes alimentaires, la couverture et les détergents en poudre a apporté ses fruits. Le taux additonnel est respectivement de l’ordre de 30%, 41% et 39% en 2018. Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) a alors dressé, hier, au Pavé Antaninarenina le bilan de cette mesure en présence du ministre de tutelle Lantosoa Rakotomalala et Hassim Amiraly, président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM).

Il faut dire que les impacts sur l’investissement local en l’espace d’une année et demie sont nettement positifs. Six nouvelles industries sont créées grâce à cet instrument de défense commerciale. « La demande nationale en pâtes alimentaires s’élève à 52 000 tonnes. En 2018, la branche de production locale approvisionnait 7 000 tonnes de la consommation locale contre 45 000 tonnes par les importateurs. Les chiffres se sont rapidement améliorés l’année dernière puisque l’industrie locale a produit 21 000 tonnes et la part de marché des importateurs est réduite à 30 000 tonnes. Il en est de même pour les détergents en poudre dont la consommation locale est de 14 000 tonnes alors que la capacité de production s’élève à 7 000 tonnes. Des industries installent actuellement de nouvelles unités de production pour ces deux produits. On peut citer le cas de l’Extra Propre, Vao Line, Illico, Presto qui sont désormais fabriqués sur place. Quant aux couvertures, la capacité de production nationale couvre entièrement la consommation locale avec une production de 4 500 tonnes sur 3 000 tonnes de besoin de la population locale » rapporte Barthélémy, directeur général de l’Autorité nationale des mesures correctives et commerciales (ANMCC).

 Création d’emplois et hausse de recette fiscale

Avant l’application de la mesure de sauvegarde, les industries locales étaient contraintes de réduire le nombre de personnel à cause de la perte considérable de part de marché. L’initiative a alors favorisé la création d’emplois à Madagascar. 447 personnes ont trouvé du travail en 2019 et 131 en 2020. Les recettes fiscales ont augmenté en ce sens. « Les droits de douane ont crû de 52% au cours de cette période passant d’environ 8 milliards à 18 milliards d’ariary. Il est vrai que la recette douanière a diminué à cause des produits importés mais les recettes fiscales ont connu une hausse grâce à l’améloration de la branche de production nationale en plus de la perception des droits de douane sur les trois produits », poursuit Barthélémy.

Le ministre Lantosoa Rakotomalala a tout de même souligné, pour sa part, que cette mesure est un enjeu de taille vu que 80% de l’approvisionnement à Madagascar dépendent encore de l’importation. Il est important de trouver un équilibre entre les parties prenantes que ce soit l’administration publique, les consommateurs, les opérateurs nationaux et les importateurs.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff