Publié dans Economie

Non-rapatriement de devises - Plus d’un milliard et demi de dollars dans la nature

Publié le lundi, 23 novembre 2020

 
Une réflexion s’impose ! Les déclarations faites par les autorités en fin de semaine sur le rapatriement de devises, amènent à se poser plusieurs questions. D’un côté, jeudi dernier, le ministère de l’Economie et des Finances a déclaré qu’« en date du 17 novembre 2020, 1 594 sociétés exportatrices et 1 660 sociétés importatrices sont en situation irrégulière par rapport au rapatriement de devises ». Le directeur général du Trésor, Ihaja Ranjalahy a notamment estimé le montant des devises non rapatriées par ces entreprises à environ 100 millions de dollars. Toutefois, les chiffres réels peuvent largement dépasser ces estimations. Et d’un autre côté, le directeur général des Douanes (DGD), Lainkana Zafivanona, a également annoncé samedi dernier, lors de l’interception de 15 kilos d’or à l’aéroport international d’Ivato qu’« exclusivement pour la filière aurifère, les devises non rapatriées atteignent au moins un milliard de dollars », mais il a omis de mentionner le nombre d’entreprises ainsi que la période d’exploitation concernées. En tout, la valeur des devises non rapatriées à Madagascar pourrait atteindre jusqu’à un milliard et demi de dollars, soit près 5 700 milliards d’ariary. Elles ne sont ni injectées dans le Marché interbancaire des devises (MID) ni ailleurs. Pourtant, le Code des changes indique que les opérateurs disposent de 90 jours pour rapatrier 90 % de leur recette. Les 10 % restants peuvent être détenus dans un compte en devises.
A l’heure où l’euro vaut 4 558 ariary et le dollar s'échange à 3 846 ariary, le Gouvernement tente aujourd’hui de stabiliser la monnaie nationale. L’injection directe de cette somme d'un milliard de dollars dans le MID pourrait donc considérablement impacter sur la valeur de l’ariary. Mais qu’il y ait impacts ou non, ces devises doivent être rapatriées comme la loi en vigueur l’exige. Après des sensibilisations menées par les autorités au cours de ce mois-ci, 51 sociétés ont fait preuve d'initiative pour régulariser leur situation et 791 domiciliations d’exportation ont été apurées depuis. « Nous avons rappelé à l'ordre les opérateurs. Cette action nous a déjà permis d'injecter 11 millions de dollars sur le MID. Nous allons poursuivre cet effort dans le but de revaloriser l'ariary », a rapporté le DG du Trésor public. Mais au vu de la valeur des devises non rapatriées, cette somme est encore loin du compte. Le problème réside dans le fait que les opérateurs spéculent. « Au lieu d'injecter directement l'argent sur le Marché interbancaire de devises, ils attendent une dépréciation de la monnaie nationale avant de l'échanger. Et ce, pour tirer plus des bénéfices. Ce qu'ils ignorent c'est que ce comportement impacte le taux de change », rajoute ce responsable.
Malheureusement, jusque-là, le blocage des comptes de ces opérateurs dans le Système intégré de gestion des opérations de change (SIG-OC) est le seul moyen pour les persuader à rapatrier leurs devises. 
La Rédaction

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff