Publié dans Economie

Jean Charles Andrianjara - Le « Covid-Organics » ou le remède miracle à base d’artemisia  

Publié le vendredi, 25 décembre 2020

La production du Covid-Organics a accordé une place importante aux remèdes traditionnels en période de pandémie de coronavirus. Dans le contexte où tous les pays du monde recherchent des solutions pour guérir de la Covid-19, le Président de la République Andry Rajoelina et l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA) dirigé par Jean Charles Andrianjara ont lancé, le 20 avril dernier, le Covid-Organics ou « Tambavy » à base d’artemisia. Outre le fait que cette plante pousse en grande quantité dans la Grande île, elle est déjà utilisée dans la lutte contre la malaria et la fièvre.

Le Professeur Albert Rakoto Ratsimamanga, fondateur de l’Institut, a été le premier à l’avoir étudiée dans le pays. Les résultats des premiers essais cliniques du Covid-Organics sur des patients atteints du coronavirus étaient encourageants. Ils démontrent une tendance dans son efficacité curative.

Composition

Questionné sur sa composition, le DG a révélé que le « Tambavy » est composé de 62% d’artemisia et de plantes médicinales ayant des propriétés antiseptiques, de fluidifiant bronchique utilisées dans la composition de remèdes traditionnels depuis des années. Le produit, existant sous forme de décoction et de tisane à infuser, a été distribué gratuitement aux populations et commercialisé deux jours après le lancement. A peine arrivé sur le marché, il a été pris d’assaut par le public, toutes couches sociales confondues. De longues files ont été observées dans les grandes et moyennes surfaces et ainsi que les pharmacies.

Polémique

Il faut tout de même noter que le CVO a créé une polémique concernant son efficacité. "Le problème, c’est que cela vient d’Afrique. Et on ne peut pas accepter qu’un pays comme Madagascar, qui est le 163e pays le plus pauvre du monde, ait mis en place cette formule pour sauver le monde", défend le Président. L’Organisation mondiale de la santé a par la suite soutenu le pays pour évaluer le Covid-Organics, à travers des analyses du produit ainsi que des observations cliniques. D’ailleurs, Madagascar l’a utilisé comme traitement des patients atteints du coronavirus et comme prévention. La tisane a également intéressé des pays africains dont leurs dirigeants ont pris contact avec le Chef de l’Etat. On peut citer entre autres Guinée-Bissau et Sénégal. Après des mois de succès, l’IMRA a annoncé la suspension de la production en octobre.

Production de la gélule CVO plus

En continuité au Tambavy, le Président de la République Andry Rajoelina a procédé, le 2 octobre 2020 au lancement officiel de l'usine Pharmalagasy ainsi qu'à la présentation de la gélule CVO+, le deuxième protocole de traitement du coronavirus. Grâce à ses machines à la pointe de la technologie, l'usine a une capacité de production de 32.000.000 gélules par jour.  Mise  à  part  la  gélule  CVO+,  l'usine  Pharmalagasy  produira  aussi  des médicaments génériques et divers antibiotiques pour traiter des maladies telles que la toux, les problèmes de tension artérielle, la diarrhée ainsi que tous les médicaments dont auront besoin les Centres de santé et hôpitaux.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff