Publié dans Economie

Start-up - Les plateformes d'incubation deviennent incontournables

Publié le vendredi, 17 septembre 2021

Représentées en nombre à la Foire internationale de Madagascar (FIM), les jeunes pousses en matière d'entrepreneuriat ont la rage de vaincre. Faute de moyens, que ce soit technique ou bien financier, les jeunes entrepreneurs, motivés malgré le contexte économique peu encourageant en termes d'investissement, se tournent vers les structures d'appui pour créer ou développer leurs activités.

A l'image d'une dizaine de start-up sur le stand de NextA qui est la première plateforme privée régionale au service de la jeunesse et des entrepreneurs. « La plateforme a pour ambition de faciliter la structuration d'un écosystème entrepreneurial malagasy solidaire et collaboratif, permettant aux jeunes entreprises de se développer », explique Carole Rakoton¬drainibe, manager de NextA. Visant à accompagner les créateurs d'entreprise en leur apportant le savoir-faire nécessaire à la rédaction du business-model et du business-plan, à la gestion de tous les aspects juridiques et ceux liés à la propriété intellectuelle et à la levée de fonds, la plateforme agit ainsi en proposant des soutiens aux start-up locaux. « Le monde du travail, et plus particulièrement celui de l'entrepreneuriat, est de nos jours en pleine mutation, ce qui donne lieu à de nouveaux termes, approches, métiers et structures. Ainsi, il est de plus en plus question d'incubateurs dans le secteur des jeunes entreprises. Il serait donc impossible de passer à côté de ce phénomène. Raison pour laquelle la plateforme existe », rajoute son manager.

Accélérateur

Effectivement, l'innovation de cette initiative réside dans la mise en place d'une interface entre les différents partenaires au sein de l'entrepreneuriat dans certaines Régions du pays. L'appui de la plateforme permettra ainsi aux entrepreneurs débutants d'accéder à une communauté d'anciens incubés et d'être mis en relation avec des partenaires, des investisseurs ou encore des bêta-testeurs. Ainsi, c'est tout un microcosme d'expertises qui sera rassemblé sur la plateforme pour aider à faire évoluer et mûrir un petit projet d'entreprise en phase de démarrage. Par ailleurs, si l'incubateur appuyé par la plateforme est aussi un accélérateur, il sera en mesure d'apporter des capitaux nécessaires en échange d'une prise de participation dans la future entreprise.

Créer son entreprise au sein d'un incubateur, c'est travailler dans un environnement propice à l'entrepreneuriat, avec tout l'équipement et le matériel nécessaire au prompt développement de l'activité du porteur de projet. « Depuis la situation de pandémie, il a été plus compliqué de développer et encore plus de créer des activités. Le recours à ces incubateurs devient ainsi incontournable pour les jeunes porteurs de projet en mal de moyens », argue l'un des exposants sur le stand de NextA. Actuellement, NextA comprend 14 incubés issus de différents secteurs comme la communication, l'éducation, le sport et les loisirs, l'environnement, la plateforme citoyenne, le design ou encore le BTP.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff