Publié dans Economie

Afrique orientale et australe - La performance du port de Toamasina reconnue

Publié le lundi, 11 octobre 2021

La Banque mondiale a effectué un classement général des ports mondiaux, en fonction de leur efficacité technique. Dans le classement au niveau de l’Afrique orientale et australe, le port de Toamasina se retrouve dans les cinq premiers ports les plus performants de la Région, après celui de Maputo (Mozambique), selon l’indice mondial de performance des ports à conteneurs.

Pour élaborer ce classement, l’institution financière s’est notamment basée sur le nombre total d’heures de port par escale, défini comme le temps écoulé entre le moment où un navire atteint un port et son départ du poste d’amarrage ayant terminé son échange de fret. « Nous éprouvons de la satisfaction. Et nous sommes sûrs que cette efficacité technique va encore s’améliorer avec le projet d’extension actuel du port. Nous sommes déjà dans la deuxième phase du projet », se réjouit la Société du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT).

Cette deuxième phase vise à améliorer la « connectivité » entre l'Asie et l'Afrique grâce à un Indo-Pacifique libre et ouvert et à promouvoir la stabilité et la prospérité de toute la Région. En effet, La Région Indo-Pacifique est au cœur de la vitalité mondiale qui nourrit plus de la moitié de la population de la planète. Grâce à son intégration, le port de Toamasina contribuera à réaliser un développement stable et autonome de cette Région, ce qui est essentiel pour la stabilité mondiale.

Suivant cet indice, le port le plus performant du monde se trouve à Yokohama, au Japon, devant le port du roi Abdallah, situé en Arabie Saoudite et celui de Qingdao en Chine. « Dans ce port en effet, cela ne prend en moyenne que seulement 1,1 minute pour charger ou décharger un conteneur lors d’une escale standard. La moyenne des charges de travail équivalentes dans les ports africains est plus de trois fois supérieure à 3,6 minutes »,  détaille le rapport. Dans ce sens, les 50 premières places du classement mondial sont toutes trustées par les ports asiatiques.

Rova Randria

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff