Publié dans Economie

Contrôle post-dédouanement - Les opérateurs encore sceptiques

Publié le jeudi, 13 décembre 2018

Manque de confiance. L’administration douanière favorise aujourd’hui le contrôle post-dédouanement. Toutefois, les opérateurs économiques restent encore sceptiques, vu que cela revient à un contrôle supplémentaire, s’ajoutant aux lourdes procédures administratives déjà en place. « Effectivement, entre les contrôles fiscaux et les contrôles du ministère du Commerce sans oublier ceux de la douane, la charge administrative ne cesse de s’alourdir. Ce qui retarde considérablement la chaine de production des différentes entreprises.

Ce contrôle post-dédouanement n’est alors pas vraiment le bienvenu, du côté des industriels » a constaté Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar. Les différentes autorités et institutions publiques sont trop éparpillées. Il n’y a donc aucune homogénéité au niveau de leur travail, favorisant les incohérences et les fraudes. Alors, il ne faut pas s’étonner que les entrepreneurs émettent encore quelques réserves face à cette nouvelle mesure.    

Cependant, selon les explications de la Direction générale des douanes (DGD), mercredi dernier, lors d’une table ronde sur le sujet, « ce contrôle post- dédouanement s’inscrit dans la mise en place du circuit vert, visant surtout à faciliter les échanges  dans le pays mais aussi sur le plan international ». Dans ce nouveau système, les procédures de dédouanement seront accélérées. Et les contrôles et les diverses vérifications « en externe » seront  renforcées. « Mais le basculement vers ce système ne sera pas une mince affaire, d’où la longueur des délais de dédouanement encore ressentie » a clarifié Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes.

Un nouveau tableau de sanctions

Les fraudes commises au sein de ce service administratif ont également été abordées. Pour les opérateurs, « si les fraudes sont possibles, c’est que le système est corrompu, peut-être pas tout le système, mais en tout cas une partie ». Consciente de la situation, la douane prévoit alors de mettre en place un nouveau tableau de sanctions pour y remédier. « Il faut que tous nos agents aient une éthique et soient intègres pour que les opérateurs puissent se fier à notre service », a souligné M. Rabenja. Elaboré en collaboration avec le ministère de la Fonction publique, ce tableau fera ainsi partie des nouveaux moyens de lutte contre la corruption de la DGD.

Rova R.

Fil infos

  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
  • Recrutement de fonctionnaires - L’Education nationale favorisée
  • Représentations diplomatiques - 5 ambassadeurs nommés en quatre ans
  • Complicité de kidnapping à Anjozorobe - Un militaire refuse de se présenter aux enquêteurs
  • Rencontre avec le Président de la République - Les employés d'Air Madagascar attendent et espèrent toujours
  • Electrification rurale - Un coup de pouce coréen de 55 millions de dollars
  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le ciel bleu !
    Qui dit que les relations de Madagasikara avec les pays amis traversent une « passe » difficile ! Et cela, à cause, avance-t-on, de la position controversée de la Grande île pour les uns mais légitime pour d'autres, vis-à-vis de la guerre en Ukraine.

A bout portant

AutoDiff