Publié dans Economie

Fast-food international - KFC bientôt à Madagascar !

Publié le vendredi, 01 février 2019

« C’est bon à s’en lécher les doigts ! » Tel est le slogan de KFC ou « Kentucky Fried Chicken », une chaîne internationale de restauration rapide. Après une extension rapide sur tout le continent africain, ce fast-food de renom international projette maintenant d’ouvrir une filiale à Madagascar. Effectivement, en ce moment même, cette grande chaîne commence déjà à recruter la future équipe qui composera ses premiers restaurants à Antananarivo. Ainsi, un avis de recrutement pour des responsables de restaurants et des cuisiniers polyvalents a été publié dans un quotidien local. Il faut préciser que la chaîne a envisagé de s’implanter dans la Grande île depuis plus de sept ans, comme le rapporte le magazine Brukmer.

« En 2012, 130 nouveaux restaurants KFC verront le jour en Afrique, notamment en Angola, Malawi, Tanzanie, Ouganda, Zimbabwe, République démocratique du Congo, Madagascar, a annoncé Keith Warren le directeur général des opérations pour l’Afrique de KFC ». Toutefois, ces projets n’ont pas abouti dans notre pays pour des raisons non précises. D’autres sources ont également affirmé que l’année dernière, aux mois de juillet-août, « la société avait déjà trouvé un local du côté d’Ankorondrano ». Et aujourd’hui, elle continue ainsi son implantation.

Des standards de production à respecter

En tout cas, si une entreprise d’un si grand envergure vient s’implanter dans le pays, c’est que le système de production correspond à ses besoins et à ses attentes. En tant que chaîne internationale de fast-foods notamment, les filiales de KFC  doivent se conformer à des standards de production bien définis. Par exemple, pour la franchise de la chaîne en Côte d’Ivoire, les négociations ont été retardées de plus de deux ans. « Il fallait satisfaire à beaucoup de normes et de standards, car il s’agit d’alimentation destinée aux humains. Les équipes de KFC ont dû ainsi faire l’audit de tout notre système, notre organisation, nos investissements, nos installations, etc. », a détaillé Anta Babacar Ngom pour Jeune Afrique Business+. De ce fait, il est évident que l’équipe de KFC a fait une visite de prospection avant de se lancer dans cette aventure. Il viendra ainsi étoffer les chaînes de fast-food déjà présents dans le pays comme « Happy King » ou encore « Chicky ».

Pour la petite histoire,  le « Kentucky Fried Chicken » a été fondé par le colonel américain, Harland Sanders en 1952. KFC a été l’une des premières chaînes de restauration rapide à se développer à l’international, avec des points de vente éparpillés dans les quatre coins du monde. Actuellement, il est déjà présent dans plus d’une dizaine de pays africains. Et prochainement, Madagascar viendra renforcer les rangs.

Rova Randria

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff