Publié dans Economie

Industrie de l’automobile - Un marché encore restreint pour Karenjy

Publié le mercredi, 02 octobre 2019

Aujourd’hui, les consommateurs se tournent surtout vers les voitures importées. De ce fait, le marché de la seule industrie automobile locale, Karenjy, se retrouve restreint. « Le marché local est assez particulier parce qu’il est très petit. Nous sommes malheureusement contraints par le pouvoir d’achat des gens, qui de toute façon, n’ont pas les moyens pour acheter une voiture. Et ceux qui ont les moyens choisissent d’autres marques » explique Luc Ronssin, directeur général de l’entreprise Le Relais, constructeur de la marque Karenjy. Effectivement, le prix de la Mazana II n’est pas à la portée de tous. Il se place aux alentours de 60 millions d’ariary hors TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) pour la version de base. Et en fonction des variances et des options,  ce prix peut monter jusqu’à 80 et même 90 millions d’ariary. La Mazana II dispose notamment d’une dizaine d’options et de variances, entre finition en bois et climatisation. D’un autre côté, l’importation de certaines matières premières comme le moteur contribue également à la cherté de ce produit. Cependant, la Karenjy reste très économique vu qu’elle ne consomme que 6 à 8 litres au 100.

Consommation locale
Jusque-là, les clients de Karenjy sont donc en majorité des entreprises, qui dans leur engagement RSE (responsabilité sociétale des entreprises) souhaitent consommer localement. Selon les explications fournies par le DG de la fabrique, au niveau des particuliers, c’est un peu partagé. « Ceux qui achètent Karenjy ont deux objectifs, le premier est la fierté de conduire une voiture « vita malagasy » et de porter haut l’économie du pays. Et le second point c’est le fait d’avoir une voiture adaptée au contexte du pays en termes d’infrastructures routières », souligne-t-il. Toutefois, ce petit marché reste encore suffisant pour la quantité de voitures produites par l’entreprise. « Aujourd’hui, nous produisons mensuellement trois voitures. Mais nous essayons d’augmenter notre capacité de production à quatre ou cinq véhicules par mois, dès l’année prochaine », précise Luc Ronssin. En tout, une cinquantaine de Mazana II circulent désormais sur les routes du pays. Face à toutes ces contraintes, l’entreprise Le Relais est en train d’étudier la construction d’une nouvelle voiture plus verte, plus écologique mais plus particulièrement adaptée aux besoins et aux moyens des consommateurs.
Rova Randria

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff