Publié dans Economie

Redressement d’Air Madagascar - Un nouveau business plan prêt à l’emploi

Publié le jeudi, 27 février 2020

Nouvel objectif. Le plan de redressement de la compagnie aérienne nationale malagasy, « Alefa 2027 » élaboré avec Air Austral n’a pas eu l’effet escompté. En trois ans, aucun changement positif n’a été constaté au niveau d’Air Madagascar. La situation n’a pas vraiment évolué depuis. Le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a ainsi établi un plan de « secours » pour remédier à cette situation et rendre effectif le redressement de notre compagnie aérienne. « Cette stratégie se déroule notamment en plusieurs étapes. En premier lieu, nous devons régler dans les plus brefs délais la sortie ou du moins la réduction des parts d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar. Ensuite, nous mettrons en place une nouvelle équipe de direction. Notre compagnie possède de nombreux experts.

Mais ce dont nous avons besoin actuellement ce sont des personnes ayant une habilité dans le domaine de la gestion. Et enfin, nous mettrons en oeuvre le nouveau plan d’affaires que nous avons élaboré depuis le mois de novembre 2019. Etudié au peigne fin, ce nouveau plan devrait permettre à la compagnie de retrouver son équilibre d’ici deux ans. A partir de mois de janvier 2022, elle ne devrait plus enregistrer de pertes » s’est enthousiasmé Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, hier, à Anosy, en marge d’une rencontre avec la presse. 

Recapitalisation 

Comme le plan de redressement avec Air Austral n’a pas porté ses fruits. L’Etat a donc décidé de réagir pour trouver d’autres alternatives. L’élaboration de ce nouveau plan d’affaires s’est ainsi faite à travers la consultation de nombreux experts. « Mais la recapitalisation reste inévitable pour pouvoir assurer ce redressement. Et Air Austral nous a bien fait comprendre qu’elle n’a pas les moyens financiers pour cela. Nous devons ainsi trouver d’autres alternatives », rajoute-t-il. 

Pour atteindre cet objectif de zéro perte, le nouveau plan d’affaires mise alors sur l’ouverture sur de nouveaux marchés comme l’Inde mais aussi l’Europe de l’Est. « L’essentiel pour nous c’est d’ouvrir la ligne. Ce qui fait que des nouvelles collaborations avec d’autres compagnies aériennes pourront naître », précise le ministre. Le renforcement de la flotte avec l’acquisition de nouveaux appareils figure aussi parmi les priorités. La mise en œuvre de ce nouveau plan doit encore attendre la fin des négociations avec Air Austral. « Le principal dilemme concerne aujourd’hui la valeur des actions. Mais les discussions devront finir d’ici peu », conclut Joël Randriamandranto. 

Toutefois, la question des deux Airbus A340-300, sujets de litige avec Air France au cours de l’année dernière, n’a pas été abordée. Air Madagascar se retrouve encore aujourd’hui à payer 46 millions de dollars à Air France pour l’achat de ces deux appareils. Une épée de Damoclès sur les comptes de la compagnie aérienne malagasy, surtout qu’Air Madagascar se doit encore de payer les frais de réparation de ces deux appareils. Il faut qu’Air Madagascar se débarrasse de toutes ses anciennes charges pour pouvoir se remettre sur les rails. 

Rova Randria 

 

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff