Editorial

Laïcité !

Publié le mercredi, 16 janvier 2019
« Pas de bible, pas de culte ! » Une déclaration choc de Jean Eric Rakotoarisoa, président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), autour de la cérémonie d'investiture du samedi 19 janvier à Mahamasina qui créa des vagues auprès de l'opinion. Et pour répondre à ses « détracteurs », le professeur de Droit constitutionnel persiste et signe à ceux ou celles qui veulent l'entendre qu'il s'agit d'une cérémonie républicaine. Pour une fois, le principe de la laïcité de l'Etat, nettement mis en valeur dans cette nouvelle disposition, est respecté. En fait, le président de la HCC n'a fait que remettre…

Mission accomplie

Publié le mercredi, 16 janvier 2019
L’audience solennelle sous l’égide de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) le samedi 19 janvier 2019 prochain au cours de laquelle le Président de la République élu prêtera serment mettra fin officiellement et définitivement à la mission du Premier ministre (PM) de consensus Ntsay Christian et son Gouvernement. Prestation que le nouveau Président fera devant le Sénat, l’Assemblée nationale, le Gouvernement et la Cour suprême. Bien entendu, le peuple malagasy sera témoin de ses engagements publics et solennels. D’ores et déjà, et ce, à quelques jours de cette date du 19 janvier qui marquera une étape décisive de la République de…

Le retour gagnant

Publié le mercredi, 09 janvier 2019
Andry Nirina Rajoelina (ANR), le candidat n° 13 sous la couleur du MAPAR/TGV, crédité d’un score sans appel et sans équivoque de 55,66%, remporte la victoire. Ainsi, il devient à l’issue de cet Arrêt de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) le deuxième Président de la IVème République. Sitôt après l’avènement au pouvoir du président investi en janvier 2014, l’ancien chef de la Transition se retirait, définitivement de la scène politique nationale du moins le temps de se ressourcer quelque part en laissant le champ libre au régime HVM de gérer selon sa volonté la direction du pays.

Quid de la vérité !

Publié le samedi, 05 janvier 2019
Quelle « vérité » à prendre en compte ? Telle est la question majeure qui émerge de ce brouhaha déconcertant et qui empoisonne l’atmosphère politique. Des bruits de voix confus et tumultueux qui émanent de la rue sinon du parvis de l’Hôtel de Ville pour torpiller les résultats provisoires annoncés par la CENI quelques jours auparavant. Concernant ce second tour, existe-t-il « deux vérités » ? Face aux vaines gesticulations et dangereusement destructives initiées par le camp Ravalomanana, la Communauté internationale met en garde qu’il ne peut pas y avoir « deux Présidents pour un même pays », tout comme…

Dérives de la démocratie

Publié le vendredi, 04 janvier 2019
Abus ! Marc Ravalomanana et ses partisans seraient-ils allés trop loin ? Auraient-ils trop appuyé le bouchon ? En tout cas, simples citoyens et observateurs politiques constatent que des manifestants, trop passionnés, commirent des abus à l’encontre de la démocratie. Bouderies. Des enfantillages enquiquinants sinon des caprices d’enfants éternellement insoumis et insatisfaits de leur part de « bonbons » et qui contestent sans cesse et donnent du fil à retordre aux parents. Des bouderies qui témoignent le manque de maturité de certains de nos acteurs politiques. Au final, des gestes impudents mettant à mal notre fragile stabilité et notre chancelante…
Page 152 sur 152

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff