Publié dans Editorial

Un front de trop !

Publié le vendredi, 21 janvier 2022

Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

La Covid-19 revient au galop. Troisième vague ou Omicron, qu’à cela ne tienne, l’essentiel repose sur le contrôle urgent de la situation. C’est une urgence nationale à laquelle dirigeants et commun des mortels sont appelés à assumer leurs responsabilités respectives. Le nombre des cas graves et décès inquiète. Une situation alarmante et urgente dans laquelle personne ne peut pas tergiverser. Un front de bataille qu’on doit faire face ensemble !

La déforestation avance à grand pas. Jadis appelée « l’île verte », le pays vire au rouge sinon au drame. La superficie  nationale de la forêt diminue sans relâche à tel point que le pays se dénude. A titre d’exemple pour illustrer le péril qui guette le pays, l’historique et légendaire « Ala atsinanana » se dégarnit à une vitesse troublante. A ce rythme, la forêt tropicale de l’Est ne serait plus qu’une histoire ancienne et un souvenir douloureux à moins qu’on se démène dès maintenant. Il s’agit ainsi d’une autre urgence nationale. Un deuxième front à affronter.

En début de semaine, de fortes pluies tombèrent et continuent ainsi des jours après. Les eaux montent et mettent en danger les bas quartiers de la Capitale et ses environs. Le bilan est lourd : 11 décès et 20.000 sinistrés et des dégâts matériels importants. Les populations touchées ont dû quitter dare-dare leurs habitations apparemment sous les eaux et prennent d’assaut des abris parfois de fortune. Et les polémiques stériles reprennent de plus belle ! On jette gratuitement l’opprobre aux responsables étatiques, nommés et élus, d’avoir mal géré voire mal contrôlé les remblais sur la plaine de Betsimitatatra. Il y avait réellement à certains endroits des remblaiements sauvages qui laissent perplexes les gens mettant en péril la vie des autres. On doute fort l’interaction des espèces sonnantes et trébuchantes ! Selon des observateurs, il va falloir créer une Commission d’enquêtes pour tirer au clair ce « crime ».

Les deux Malagasy impliqués dans le trafic de 49 kg de lingots d’or aux Comores, Azaly Pacheco et Pierre Steny, ont été finalement extradés à Madagascar. Gardés à vue pour enquête à la section des recherches de la Gendarmerie à Fiadanana, les deux trafiquants seront présentés incessamment au Pôle anticorruption (PAC). Selon  le ministre de la Justice, Imbiky Herilaza, qui s’est déplacé aux Comores avec une lourde délégation, un projet d’exportation illicite de 2 tonnes d’or a été déjoué suite à l’interpellation de ces deux individus.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff