Publié dans Editorial

Le débat est clos !

Publié le lundi, 07 septembre 2020

Le litige très médiatisé entre les deux Chambres du Parlement est clos. Par décision n° 15-HCC/D3 du 4 septembre 2020, la HCC déclare conforme à la Constitution l'adoption par l'Assemblée nationale de la loi n° 2020-002 portant ratification des ordonnances n° 2019-002 du 15 mai 2019 relative au régime général des élections et des référendums, n° 2019-006 du 28 mai 2019 relative au fonctionnement ainsi qu'aux modalités d'élection et des désignations des sénateurs de Madagasikaraet n° 2019-009 du 22 juillet 2019 relative au Code minier. Comme tout le monde le sait, toute décision de la Haute Cour d'Ambohidahy est irrévocable. Elle n'est susceptible d'aucun recours.

 

Ainsi, la messe est dite ! La HCC écarte d'un simple coup de balai les argumentaires du « Collectif des parlementaires pour la restauration de l'Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance» co-dirigé par le député Fidèle Razarapiera, un élu d'Ambatondrazaka sous les couleurs du TIM. Les frondeurs ont tenté jusqu'au dernier… souffle pour imposer leur requête espérant ainsi renverser la vapeur mais en vain.Les baroudes d'honneur ou le « jusqu'au-boutisme » n'y peuvent rien. Les députés issus du MAPAR, pour leur part, convaincus de la légitimité de leur démarche et forts de leur poids en nombre, ne voulaient jamais faire machine arrière. D'ailleurs, les dispositifs de l'Art. 96 de la Constitution qui sans équivoque en particulier l'alinéa 4 leur donnent raison.

Le Chambre haute d'Anosikely change désormais de posture. Le nombre des sénateurs selon la nouvelle formule récemment adoptée et validée par la HCC se voit réduit à 18. Par conséquent, les 63 membres actuels de la Chambre haute plient bagage et taillent la route. Un coup de semonce très dur à encaisser pour l'ancien parti au pouvoir HVM de l'ère Rajaonarimampianina. Cette formation politique jouissant d'une majorité écrasante à Anosikelyva devoir se rendre à l'évidence que son règne sans partage tire à sa fin.Les sénateurs Rivo Rakotovao, Andriamandavy VII, Rachidy Mohamed et bien d'autres ténors à qui il faut rajouter avec les inconditionnels du TIM apprendront à leurs comptes que personne n'est au-dessus de la loi. La Constitution, ce texte de référence fondamental, a été conçu et voté pour qu'on le respecte.

La troupe à Rakotovao Rivo aurait aimé voir leur mandat finir en beauté en janvier 2021 mais le sort en a voulu autrement.Il y a un adage bien de chez nous qui dit « nouveau roi, nouveau style » (« Miova Andriana, miova sata »). Quand on change de tête, rien de plus normal qu'on adopte une nouvelle manière de voir les choses !

La suppression de la Chambre haute fait partie des promesses de campagne du candidat numéro 13. La victoire de Rajoelina obtenue, le Sénat n'étant que l'anti-chambre sinon le doublon de l'Assemblée nationale, n'aura plus la raison d'être dans le nouveau régime où l'austérité ne sera plus un vain mot. Le nouveau locataire du Palais compte recapitaliser les 25 milliards d'Ar, son budget annuel, à d'autres utilités. A défaut de pouvoir rayer définitivement le Sénat de la liste pour des raisons constitutionnelles, les nouveaux dirigeants vont devoir se contenter de réduire sa taille. Le respect de l'Etat passe par-là !

Ainsi donc, le débat est clos !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff