Publié dans Editorial

Soigner l’image

Publié le dimanche, 04 octobre 2020

La Police nationale redore son blason. Il le faut bien ! En général, les Forces de la défense et de la sécurité (FDS), le visage défiguré, ont besoin de se faire peau neuve. L’Armée, la Gendarmerie et la Police, les trois unités qui assurent la défense et la sécurité de la République et de son peuple, vachement enlaidies par des actes et gestes irréfléchis, doivent se faire une jeunesse, pourquoi pas une virginité.
Récemment, un militaire a été pris en flagrant délit d’acte répréhensible. Il louait son arme de guerre à des bandits. A Anosipatrana, un gendarme participait à un braquage en pleine rue. Les limiers de la Police l’ont finalement abattu au Fasan’ny karana. Les délits de ce genre, commis par nos éléments en uniforme, sont légion à travers le territoire national.
Mais la triste célébrité revient malheureusement à la Police nationale. Le visage amoché par les vicissitudes de l’histoire et par certains comportements inadmissibles, la Police a besoin réellement de se faire soigner. La mauvaise réputation aux yeux des concitoyens de cette unité assurant la sécurité nationale notamment en milieu urbain ne date pas d’hier ni d’avant-hier. Elle remonte à des dizaines d’années auparavant, depuis la Première République.
Les Forces républicaines de sécurité (FRS) sous l’ordre du tout puissant ministre de l’Intérieur André Resampa, de la Première République, de par leur brutalité souvent aveugle furent l’élément déclencheur de la décadence de la Police et du régime PSD. Les débordements récurrents de cette « milice » de Resampa portaient atteinte à l’intégrité de la Police. Certes, Antananarivo et les grandes villes du pays vivaient dans une apparence de sécurité le jour et la nuit. A Tanà sous les Arcades, on pouvait circuler librement à n’importe quelle heure de la nuit. Même topo dans les « lalàn-kely » des quartiers. Les salles de ciné se permettaient d‘établir un programme pouvant s’étaler jusqu’à minuit ou plus. Le contrôle d’identité était systématique. Cependant, on déplore souvent les comportements insanes ou irrespectueux des éléments des FRS sans insister sur la corruption. Le summum des bêtises fut atteint le 13 mai 1972 sur la Place de l’Indépendance. Les éléments des FRS ont tiré, à balles réelles, sur la foule sans armes. Les évènements du 11 février 1975 confirmèrent les bestialités. Ce fut le point de non-retour ! Depuis, l’opinion se réserve le droit de se méfier de la Police nationale. A l’époque de la Deuxième République, malgré le fait d’être érigée en ministère entier, la Police nationale s’enfonce. La corruption infecte tout le Corps.
En dépit de la bonne intention et des efforts consentis des dirigeants, la Police nationale n’a pas réussi à se défaire de cette image décadente dont elle se fait incarner. Pas plus tard que quelques années, l’ « affaire d’Antsakabary » crée toujours des remous dans les mémoires. Et la population, victime de leurs « gaffes » à répétition, réagit violemment. Pris souvent pour cibles des vindictes populaires, les agents de la Police peinent à s’intégrer dans la société. Parfois, la population furieuse n’épargne même leurs familles ou leurs logements.
Le mercredi 30 septembre, la Police nationale fêtait le 59ème anniversaire de son existence. Les hauts responsables ont mis à profit l’anniversaire pour soigner l’image d’une Police quelque peu défigurée. Il en faut beaucoup !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff