Publié dans Editorial

Repos du guerrier

Publié le lundi, 02 novembre 2020

Le Président Rajoelina est de retour au pays. En effet, le Chef de l'Etat s'absenta du pays pour quelques jours durant la semaine du 26 octobre. A en croire le communiqué de la Direction de la communication et des relations publiques auprès de la Présidence, Rajoelina Andry Nirina était en voyage à l'extérieur pour des « raisons privées ». Selon certaines sources autorisées, le locataire d'Iavoloha fit ce voyage pour rejoindre sa famille. Evidemment, les supputations vont bon train. Des esprits mal intentionnés noircissent la toile.

 

L'absence d'un Chef d'Etat du territoire national, en dehors d'un déplacement officiel ou d'une visite d'Etat, crée toujours des vagues. Les citoyens malveillants ne se privent point de commentaires gratuits ou fallacieux. En principe, une sortie à l'extérieur à titre privé du dirigeant aux commandes de l'Etat ne peut avoir que deux motifs valables : « familial » ou « état de santé ». Le Président de la République en tant que personnalité publique de premier ordre ne doit pas sortir de son pays et s'absenter un moment sans raison valable pour éviter des remarques virulentes. Même un déplacement strictement personnel ou privé déchaîne toujours des… animosités. Dans tous les cas de figure, la « sortie présidentielle » suscite toujours des passions, pour la curiosité des uns et des intérêts particuliers des autres. Tout comme si le Président de la République n'a pas le droit d'avoir une vie privée ou familiale. En fait, au-delà de toute considération, le Chef de l'Etat a quand même le droit d'être un père, d'être un époux, bref d'être un chef de famille. Il a le droit aussi de se reposer.

L'arrêt de l'état d'urgence sanitaire, sur tout le territoire national, offre au Chef de l'Etat et à ses collaborateurs de tous les niveaux l'opportunité de souffler un temps soit peu. Il faut le rappeler que ces sept mois de combat intense contre la Covid-19 éreintent tous les combattants. Il a fallu « attaquer » sans relâche pour enfin venir à bout de cet ennemi à la fois invisible et redoutable. Le Président Rajoelina, en tant que Chef de guerre n'avait pas eu le droit de quitter ou d'abandonner le front. Il n'était pas question à Zandry Kely d'enfiler l'étoffe d'un déserteur. Il sillonnait dans tout Madagasikara pour diriger en personne la bataille. Des stratégies ont été mises en œuvre, des plans d'attaque engagés sur terrain, à telle enseigne que la pandémie finit par céder. Evidemment, la lutte ne s'achève point. Vigilance, prudence et contrôle restent toujours de rigueur. Le risque de la deuxième vague plane à tout moment.

Du numéro un du pays en passant par les membres du Gouvernement pour atterrir à l'ensemble du personnel médical national méritent les appréciations du peuple malagasy. Ils ont fait preuve d'abnégation et de dévouement pendant toute la durée du combat. La lutte continue mais d'ores et déjà, il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. Bravo à tous !

Pour leur part, le Président Rajoelina et la Première dame Rajoelina Mialy jouissent forcément d'une considération à part du fait qu'ils avaient tenu un rôle capital dans la victoire. Félicitations !

Rien de plus légitime si l'on se permet à un repos du guerrier.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff