Publié dans Editorial

Chose due !

Publié le mardi, 23 février 2021

« Chose promise, chose due ! » Naina Andriantsitohaina, le maire élu de la Ville des mille, concrétise ses promesses de campagne. A l’image du numéro Un du pays, Andriantsitohaina tient lui aussi à honorer ses engagements.
Le mercredi 17 février, le maire Andriantsitohaina, d’une part, le directeur général de l’Easy-Park, de l’autre, signèrent le document relatif au transfert des compétences à la gestion des parkings de la Capitale.  En effet, lors de son tout premier discours en sa qualité de candidat, Naina  annonça pour ses premiers mots qu’il résiliera le contrat avec Easy-Park en cas de victoire. Et nous y voilà !
Easy-Park, dès le début de sa mise en service, créa des vagues de contestations. Indésirable de par son mode opératoire révoltant, Easy-Park provoqua l’ire. L’opinion dénonça la gestion des parkings de Tanà par une société privée qui ne veut que démultiplier le gain au détriment des concitoyens. Les dirigeants de la CUA, de l’époque, n’avaient rien à cirer des tracas subis par les usagers. Naina Andriantsitohaina, bien conscient du mal, s’engageait en premier lieu à mettre fin l’indésirable contrat. Et c’est fait ! Mais, d’autres points de promesses attendent incessamment la concrétisation du moins la finalisation.
Pour ne citer entre autres que les plus urgents. L’assainissement de la ville, un gros paquet auquel la nouvelle équipe doit s’atteler urgemment. Le ramassage régulier et continu des ordures, les curages des dalles et les conduites d’eaux usées en particulier dans les bas-quartiers s’imposent et exigent un programme bien établi et suivi. Objectif à terme, radier du paysage urbain les flaques d’eau dès la moindre pluie. En passant, où en est-on sur le transfert de tutelle du SAMVA du ministère de l’Eau à la CUA ? Plus d’un s’interrogent y a-t-il un ou des blocages ? Partout ailleurs, la gestion de l’assainissement de la ville relève de la compétence directe de la Mairie. On doit trouver les voies et les moyens à remédier cette aberration qui a trop duré !
Les bouchons qui créent des tensions à tout le monde empoisonnent la vie quotidienne. La Police de la Commune en double avec la Police nationale doit être présente de façon permanente dans les parages des points noirs pour assurer la fluidité de la circulation. C’est anormal et illogique d’avoir deux « polices » dans la ville alors que l’on vit dans le bordel et l’anarchie !
L’organisation des marchés, formels et informels, demande à Naina des actes concrets et efficaces. Les mots d’ordre, « Le marché pour les marchands, la rue pour les voitures et les trottoirs pour les piétons » ne doivent pas rester un vœu pieux.
Les réparations des routes de la capitale qui sont pour la plupart en état de délabrement avancé requièrent un plan de travail sérieux et bien élaboré. Les opérations « tip-top » sont à bannir !
L’éclairage de la ville surtout dans les ruelles des quartiers où les bandits sévissent au quotidien est aussi un axe prioritaire.  La sécurisation de la population en dépend étroitement.
Certainement, beaucoup de ces points urgents cités en haut sont déjà en cours de chantier, il faut veiller aux réalisations finales.
Toujours disposé à traduire en actes ses engagements compris dans le « Veliranon’Iarivo », Naina Andriantsitohaina n’entend jamais décevoir Antananarivo.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff