Publié dans Editorial

A plaindre !

Publié le samedi, 27 février 2021

Le microcosme politique dans lequel évolue l’Opposition à Madagasikara est médiocrement dominé par des hommes et des femmes à plaindre. Des leaders politiques qui souffrent lamentablement de perspicacitéet du sens de discernement. Ils conduisent les brebis vers l’échafaud. Fort heureusement que les simples militants sont plus intelligents voire plus malins que les dirigeants. Ils savent faire la différence entre le bon grain de l’ivraie. En effet, les supposés sympathisants ne se laissèrent guère manipuler par des dirigeants en manque d’objectif sérieux. La population de la Capitale atteint déjà un certain niveau de maturité politique, elle rejette toute tentative de livrer le pays au caprice de la crise ni de se faire avoir aux griffes du piège tendu.
A tout seigneur, tout honneur ! Ravalomanana Marc, fondateur du parti TIM, le chef de file de l’opposition, en étant le président du RMDM, un ancien Chef de l’Etat, de son état, un ex- magnat du lait, divague dans tous les sens. Décidément, il n’y a rien de ce qu’il dit ou ce qu’il fait vaille la peine d’attirer l’attention. On se demande pourquoi la plate-forme des partis revendiquant le statut d’opposition l’a choisi comme chef ou président. De deux choses l’une :
- Il n’existe aucune personnalité digne de la stature nationale apte ou capable de se tenir debout face au régime en place.
- Tous les membres de la dite plate-forme manquent de jugeote pour choisir un bon « cheval de bataille ». Ou bien, les deux à la fois. C’est à plaindre !
Rajaonarimampianina Hery, le fondateur du parti HVM, ancien Chef de l’Etat, adopte la stratégie du silence, du moins en apparence. En réalité, il tire là où il se terre les ficelles. En tandem avec Ravalo, Rajao lance des offensives dont le seul objectif consiste à déstabiliser le régime « Orange ». Certes, il est plus malin que son complice. Mais, avec un score médiocre de huit virgule et quelque, Rajaonarimampianina ne pourra jamais prétendre revenir à la barre. C’est un homme à plaindre !
Andrainjato Vonison, l’ancien ministre de la Communication du régime précédent, ancien député de Soavinandriana, fervent et minable animateur de « Miara-manonja », s’éclipse bêtement. Une simple convocation de la Gendarmerie déclenche en lui une peur bleue. Il croit naïvement qu’une fuite en avant arrangera son cas. A plaindre !
Guy Ralaiseheno, l’autre minable animateur de la scélérate émission « Miara-manonja », un gueulard sans limite, lui aussi, s’évapore dans la nature en réponse à une « petite » convocation de la Gendarmerie. Notons qu’il ne s’agit point d’arrestation mais d’une convocation. Nuance ! Mais nos deux hommes, têtes brûlées de l’opposition, tremblent pour une simple « demande » de se présenter aux bureaux des Forces de l’ordre. Ils sont à plaindre !
Et la liste des hommes à plaindre est légion dans l’escarcelle de l’Opposition. Aussi, faut-il se cantonner sur ces quelques énergumènes.
Et que dire de ces femmes membres assidues de l’Opposition, « hors normes » en termes de délinquance morale, politiquement parlant, qui sèment la pagaille dans le pays ou en dehors. Hanitra Razafimanantsoa et Ernaivo Fanirisoa, toutes deux juristes, pour ne citer que ces deux femmes tristement célèbres et à plaindre, à juste titre, déshonorent la notoriété et la crédibilité de la gent féminine.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff