Publié dans Editorial

Journée des combattantes

Publié le dimanche, 07 mars 2021

8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

 

Il faut remonter plus loin au début du siècle dernier, en 1914, à la date du 8 mars, pour assister à une première organisation en meetings des femmes socialistes à Berlin. L'occasion pour les manifestantes de réclamer la considération de leurs droits en tant que femmes et en leur qualité de travailleuses. Et puis, tous les ans, le 8 mars, les femmes notamment dans les pays industrialisés, se manifestèrent publiquement pour qu'on réfléchisse à leurs droits. Il fallait attendre 1977 pour que les Nations unies prennent conscience et reconnaissent officiellement la date du 8 mars dédiée à la femme. La France emboîtait le pas en 1982.

A Madagasikara, le régime socialiste de l'Amiral rouge Didier Ratsiraka tenait à organiser tous les 8 mars des manifestations officielles et festives pour célébrer la Journée de la femme. Les descendantes d'Eve étant l'un des 5 piliers de la Révolution, entre autres les paysans producteurs, les travailleurs, les jeunes et les militants en uniformes tenaient un rôle de base selon le « Boky Mena ». Il fallait reconnaitre que l'organisation festive de la Journée internationale de la femme hérite de l'enthousiasme de la Deuxième République. La Première dame de l'époque, Céline Ratsiraka, en faisait avec les « Vehivavy Arema » une affaire personnelle.

A l'avènement du régime « Orange », la Journée de la femme prend davantage une tournure importante. Rajoelina Mialy, la Première dame, apporte un cachet particulier aux célébrations de la dite journée. Elle profite de l'occasion pour sensibiliser encore plus les décideurs et acteurs sociaux à se pencher réellement aux problèmes vécus par les femmes. Mialy Rajoelina attire spécialement l'attention de tous, en particulier les hommes, sur les violences que les femmes endurent depuis la nuit des temps, ce qui convient d'appeler « les violences basées sur le genre » (VBG). Mais aussi et surtout, elle milite pour galvaniser les femmes à refuser contre toute forme d'injustice et toute forme de violence. Mialy, notre combattante nationale  pour la noble cause, fonce afin que les femmes deviennent de vraies combattantes en assurant pleinement leur avenir. Le représentant résident de l'UNICEF a vu juste et légitime de proposer à l'endroit de Madame Rajoelina Razakandisa Mialy le noble poste d'ambassadrice de cette organisation onusienne dans la lutte contre les VBG. Une délicate mission que la Première dame malagasy a accepté d'assumer en toute humilité et en tout honneur. Une grande première à Madagasikara.

La Première dame sillonne toute l'île pour encourager les femmes combattantes dans leur combat quotidien.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff