Publié dans Editorial

Bon voisinage

Publié le mardi, 20 juillet 2021

D’après un communiqué du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Fonction publique la journée d’hier, mardi 20 juillet a été décrétée jour férié, chômé et payé. Et cela, en raison de la fête de l’Aïd al- Adha, un grand jour de retrouvailles pour les pratiquants de l’Islam. Depuis 2019, l’Etat malagasy recadre sa position vis-à-vis des autres croyances religieuses. Ainsi, le Gouvernement accorde un jour férié, chômé et payé le jour de la fête musulmane et ce au même titre que les fêtes chrétiennes.

 

Doit-on rappeler que Madagasikara fut historiquement et traditionnellement un pays à dominance chrétienne. A l’époque royale, la religion chrétienne fut une religion d’Etat. En effet, le jour où la Reine Ranavalona III (1868-1883), une chrétienne convaincue et pratiquante, se fit baptisée, elle et son Premier ministre de mari Rainilaiarivony, le 28 février 1869, elle fit construire un temple à l’intérieur du site royal. La pratique de la religion protestante LMS (London Missionary Society), de surcroit, fut en vogue voire… obligatoire ! Et depuis, l’eau a coulé sous le pont !

Pour en revenir en ce qui nous concerne, il s’agit en fait d’une volonté politique à respecter stricto sensu du prescrit de la Constitution et également un certain rattrapage des manquements du passé. Selon la Constitution, dans l’art 2, Titre premier : Des principes fondamentaux, « l’Etat affirme sa neutralité à l’égard des différentes religions » et dans l’art 6, l’Etat garantit l’égalité de tous en droit et jouissent les mêmes libertés fondamentales dont entre autres la religion. Bref, la loi de la République impose à l’Etat la neutralité et assure l’égalité de tous. Donc, toutes les confessions religieuses à vocation nationale telles que le christianisme y compris ses variantes protestantes (le Réformé, le Baptiste, l’Adventiste et les mouvements de réveil et bien d’autres) et le Catholicisme et l’Islam existant sur le territoire de la République malagasy doivent jouir le même droit et exercer le même devoir. Une fête religieuse officielle jouissant d’un jour férié pour l’une le doit être pour l’autre. L’Etat de droit et l’égalité sociale passent par-là !

Au-delà de cette considération juridique sinon constitutionnelle, il existe d’autres paramètres qu’il faudra prendre en compte. Depuis toujours, les pratiquants de différentes religions vivent en parfaite harmonie à Madagasikara. Le Malagasy de tempérament sociable tolère l’existence de plusieurs pratiques religieuses dans la communauté. Le radicalisme religieux n’a jamais eu cours sur le territoire national. N’empêche que les responsables étatiques se doivent de veiller au grain sur le moindre indice pour prendre les dispositions qui conviennent. Le bon voisinage entre chrétiens et musulmans ou autres est une réalité vivante indiscutable à Madagasikara.

Il n’est pas de trop ni trop prétentieux de clamer haut que la Grande île soit un havre de paix en termes de vie d’ensemble entre confessions religieuses et cohabitations entre pratiquants. C’est un modèle de paix sociale et religieuse. Les affrontements à caractère religieux n’ont jamais, jusqu’à présent, eu lieu à Madagasikara. Il appartient à chacun de préserver et d’entretenir ce cher patrimoine moral et spirituel (Soatoavina) hérité de nos ancêtres.

A travers les efforts de redressement de la Nation auxquels nous sommes tous conviés à contribuer, chacun doit s’impliquer davantage et mettre de côté ce qui nous divise, un bon voisinage constructif.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff