Publié dans Editorial

Dialogue constructif

Publié le dimanche, 21 novembre 2021

Le IXème dialogue politique entre le Gouvernement et l’Union européenne s‘est tenu ce week-end passé au Palais d’Etat d’Iavoloha. En présence d’une part du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina assisté par le Premier ministre, Chef de Gouvernement, conduisant la partie malagasy et de SEM Giovanni Di Girolamo ambassadeur de la délégation européenne à Madagasikara dirigeant le côté européen. Le dialogue se faisait dans un état d’esprit constructif et sous le signe de la loyauté. 
Le thème général du dialogue portait essentiellement sur trois sujets phares : le bon déroulement de la présidentielle de 2023, la relance économique post-Covid et le changement climatique et les impacts négatifs dont entre autres la sécheresse dans le Sud, etc.
A deux ans du rendez-vous crucial, l’Union européenne voulait avoir le cœur net sur l’organisation et les préparatifs du scrutin présidentiel. En sa qualité de partenaire privilégié de la Grande île, elle tenait à scruter à la première loge et s’assurer que tout se déroulera selon le principe sacro-saint de la démocratie. L’UE n’a pas dérogé à la règle en pareille circonstance à savoir rappeler les consignes constructives pour le bon déroulement de l’élection présidentielle. Elle reconnait que le scrutin de 2018 avait eu lieu dans un cadre de transparence où tous les acteurs politiques et associatifs ont pu participer librement. L’alternance, l’objet initial de la démocratie, était au rendez-vous. L’UE tenait aussi à faire état de son aval sur la légitimité et la crédibilité des institutions en charge des élections à Madagasikara à savoir la HCC et la CENI. Elles ont été mises en place dans le respect effectif et conformément au prescrit de la loi fondamentale. Par ailleurs, elle souhaitait avoir plus de détails sur la gestion des aides allouées et destinées à la réponse à la pandémie.
La relance économique post-Covid, l’autre sujet de taille, clouait l’attention de la partie malagasy aussi bien des partenaires européens. Madagasikara, au même titre que d’autres, subit de plein fouet les impacts de la pandémie. L’économie, étant la principale victime, est asphyxiée. Le Gouvernement malagasy a exposé les mesures prises en vue de « ranimer » le pays. Le tourisme, un des secteurs les plus touchés, jouit des dispositions particulières du régime en place. La réouverture des frontières se trouve à la base des mesures prises et ce afin de donner accès à la venue des touristes notamment européens. En fait, c’est une mesure risquée dans un contexte de menace d’un retour en force du virus mortel (3ème vague) mais le Gouvernement s’engage à mettre en branle tous les dispositifs entre autres l’intensification de la campagne de vaccination. Il faut accroitre au maximum la couverture vaccinale.
La Grande île, étant un pays frontalement exposé aux effets dévastateurs du dérèglement climatique, attire à haute voix l’attention des partenaires. La délégation malagasy conduite par le Président Rajoelina s’est attribué la charge sacrée de plaider la cause des pays en difficulté auprès de la Communauté internationale de manière à ce qu’on se penche sérieusement sur leur cas. La sécheresse dans le Sud, conséquence directe du réchauffement climatique, concentre les grands efforts du Gouvernement. Il fait un vibrant appel à la solidarité internationale.
Loin des débats contre-productifs ailleurs, le dialogue politique avec les PTF en l’occurrence l’UE est toujours constructif.
Ndrianaivo


Fil infos

  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
  • Concertation nationale - Un prétexte pour le partage du pouvoir
  • Eglise luthérienne de Madagascar - Le couple présidentiel aux côtés des jeunes
  • Affrontement à Mandoto - Le commandant de compagnie de Gendarmerie blessé
  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache

La Une

Pub droite 1

Editorial

  •  Forum et forum !
    Qui dit que le régime Orange a horreur ou a peur d’une concertation ou d’un forum ou d’un débat public ? Il va falloir revoir sa copie. Un pouvoir qui rejette le principe d’un échange voire d’un dialogue démocratique fait peur. On a tous les droits de se méfier d’un régime qui botte en touche de façon systématique la pratique d’une table ronde pour débattre de vrais problèmes et cela afin de dénouer une crise, une réelle crise qui bloque le fonctionnement démocratique du pays.

A bout portant

AutoDiff