Publié dans Editorial

Décentralisation émergente

Publié le jeudi, 04 août 2022

Le Gouvernement prépare le terrain. On essarte ! On débroussaille ! La refondation d’une décentralisation effective pour l’avènement de l’émergence de Madagasikara en l’an 2030 est en marche. Le principe de la décentralisation figure sous de différentes formesdans la Constitution depuis la Première République.
Durant la Première République, le démembrement du pouvoir se traduit par deux pôles distincts. D’une part, du conseil communal et municipal au conseil régional pour aboutir au conseil provincial (une attribution essentiellement consultative) et enfin connecté au Parlement (Sénat). De l’autre, les structures déconcentrées, du District réparti en cantons à la Préfecture pour aboutir à la Province et finalement sous l’autorité effective du Gouvernement. En réalité, le régime fonctionne avec une concentration du pouvoir au noyau central de l’Etat.Un pouvoir exécutif fort suffisamment centralisé !
La Constitution de la Deuxième République, sous l’impulsion de l’idéologie socialiste communiste de type chinois et coréen, ambitionnait de décentraliser le pouvoir et remettre entre les mains du peuple le pouvoir de décider de son sort. Du Fokontany (dirigé par un président élu au suffrage direct) au Firaisam-pokontany en passant au Fivondronam-pokontany et en finir au Faritany, sous l’autorité du Gouvernement et du Conseil suprême de la Révolution. Chaque structure est dotée d’un pouvoir consultatif et délibératif. Mais, la réalité est tout autre ! Le pouvoir effectif, notamment sur les finances publiques, reste concentré aux autorités centrales. La décentralisation effective que l’on clame à tout bout de champ n’est qu’une manœuvre dilatoire. Un vœu pieu auquel le régime socialiste de l’Amiral Didier Ratsiraka ne parvient pas durant ses longues années au pouvoir à mettre en pratique.
La Troisième République de feu Zafy Albert et de Ravalomanana Marc, la décentralisation n’est qu’une poudre aux yeux. Une pure comédie qui n’enchante que les naïfs. La structure de la décentralisation est bel et bien présente dans le texte fondamental mais l’application ne relève que d’une mascarade. La mise en place de la Province n’a jamais eu lieu ou plutôt s’arrête avec la nomination des chefs de Région qui normalement devait suivre la procédure d’élection.
De la Quatrième République, la Constitution prévoit en noir sur blanc l’existence du système basé sur la décentralisation comme étant d’ailleurs le fondement de la République. Mais, en réalité, aucune réelle volonté politique ne s’est jamais manifestée jusqu’alors pour prouver la sincérité des dirigeants.
Il fallait donc attendre l’arrivée d’un certain Rajoelina Andry pour faire bouger les choses. A travers le programme global annoncé dans l’Initiative (IEM) pour l’émergence de Madagasikara, le concept de décentralisation figure en pôle position. Les concepteurs de l’IEM font savoir leur conviction selon laquelle la décentralisation effective constitue un moyen rapide de redresser le pays sinon pour une émergence rapide. Il s’agit d’une mise en œuvre d’une prise de responsabilité collective dans l’intérêt de la communauté. Le « Velirano » qui n’est autre que l’aspect pratique de l’IEM garantit le pouvoir décentralisé.
D’où l’importance de jeter les bases d’une vraie collectivité territoriale décentralisée, une « décentralisation émergente » à l’horizon de l’an 2030. Cependant, il va falloir commencer par le commencement, à savoir la refondation à travers la consultation auprès des acteurs potentiels de base au niveau de chaque Région. Vu l’intérêt majeur que représente l’enjeu, le Premier ministre, chef de Gouvernement en personne diligente les actions à entreprendre.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff