Publié dans Editorial

Quelle effronterie !

Publié le jeudi, 01 décembre 2022

De l’impudence ! Du pillage ! Du saccage ! Du hold-up ! Du cynisme ! Etc. Existe-t-il un terme exact pour énoncer les délits commis par l’équipe de la direction de la JIRAMA ? Comment ose-t-on agir de cette manière à l’encontre d’une unité de production au bord de la faillite si ce n’est pas déjà le cas ? Tout comme un malfrat qui ose violer une femme à l’état comateux ! Mais quelle effronterie !

Le BIANCO a transmis au PAC les résultats des enquêtes menées de front par les services en charge des dossiers relatifs aux malversations financières commises au niveau de la direction de la Jiro sy Rano Malagasy dans le courant de novembre 2021. Les travaux d’enquête ont été confiés à la branche régionale du Bureau indépendant anti-corruption d’Antananarivo pour déférer les dossiers y afférents après auditions préliminaires au Parquet au Pôle anti-corruption d’Antananarivo.

Un scandale financier d’une gravité rarissime s’éclate à la JIRAMA. Révélés au grand jour, des actes de détournement de fonds d’envergure compromettante happent trente-quatre directeurs et autres hauts responsables. Ils s’étaient offert le luxe de percevoir des primes exceptionnelles soutirées de la caisse de la Compagnie qu’ils comptaient rembourser par l’argent du projet Pagose. Projet de financement alloué par la Banque mondiale destiné au redressement de la JIRAMA. Le montant des primes va de 40 millions à 180 millions d’ariary. Mais quelle effronterie ! Sans commune mesure dépassant l’entendement et qui crée évidemment une vague de scandale auprès de l’opinion publique. Des délits que les bailleurs de Bretton Woods condamnent fermement et catégoriquement. Banque mondiale et Fonds monétaire international n’entendent jamais financer l’octroi des primes de quelque nature que ce soit. En tout cas, chaque décaissement entrant dans le cadre du projet Pagose est formellement interdit sans l’aval de la Banque mondiale.

A l’issue des auditions auprès du Parquet du PAC, trois hauts responsables dont deux directeurs ont été placés en détention préventive à savoir le directeur des Ressources humaines (DRH), le directeur financier et administratif (DAF) et le médecin-chef. Les trente-un autres directeurs s’étaient vu placer sous contrôle judiciaire. Par ailleurs, trois autres hauts dirigeants de la Compagnie, anciens et nouveau, qui ne s’étaient présentés suite à leur convocation à savoir l’ancien directeur général Vonjy Andriamanga, l’actuel directeur général par intérim Rivo Radanielina et un ancien directeur de cabinet font l’objet d’un mandat d’arrêt. A noter que Vonjy Andriamanga s’envolait depuis un certain temps en France et aurait repris son poste d’avant sa nomination au Gouvernement Ntsay en janvier 2019. Le directeur de cabinet, une dame semble-t-il, aurait quitté le pays aussi depuis belle lurette. Le désormais ancien DG par intérim reste introuvable. Abonné absent lors des tests d’évaluation, personne n’est en mesure de savoir où est-il passé. D’ailleurs, il n’est pas le seul ancien DG ayant réussi à se volatiliser après avoir été happé dans des affaires controversées de malversation. 

Et l’opinion, très remontée face à ce saccage en ligne, à ce hold-up sans autre forme de procès et à ce pillage en règle, se sent scandalisée. Personne ne parvient pas à saisir comment ose-t-on tirer d’énormes sommes de la caisse d’une société mourante et criblée de dettes. 

On comprend mieux pourquoi la JIRAMA n’arrivera-t-elle pas à se redresser !

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff