Publié dans Editorial

Prendre des hauteurs

Publié le vendredi, 20 janvier 2023

Au moment où l’aéronef traverse une zone de turbulence particulièrement critique, le premier réflexe du commandant de bord consiste à prendre des hauteurs. Une fois que l’appareil se trouve en altitude, il se stabilise et le vol continue.
Quand les rivières débordent de leurs lits suite aux dépressions tropicales violentes, les consignes que les autorités publiques donnent à l’endroit des populations vivant dans les zones à risques consistent à prendre des hauteurs. Aucune autre solution, il va falloir quitter, du moins momentanément, les sites d’habitation et rejoindre les hauteurs. Une décision impérative qui revient de droit au chef de famille ou à la mère de famille.
Quand les enfants se chamaillent à la maison, papa et maman doivent savoir se mettre à la hauteur de leur rang et de leur dignité. Ils évitent en toute circonstance de prendre position. Quand les Raiamandreny entrent dans la mêlée, c’est fatal pour la petite famille.
Le pays traverse en ces temps-ci une passe difficile. Une conjoncture sociale et politique très délicate au cours de laquelle le Raiamandreny de la Nation à savoir le numéro un du pays n’a pas droit à l’erreur. L’homélie de dimanche à Antsonjombe et la prière qui s’ensuit, tel un puissant explosif, ont  déclenché des vagues de secousses ébranlant les esprits et provoquant des débats houleux sinon des polémiques enflammées sous les chaumières, dans les salons ou au cours d’un trajet de taxi-be, à travers les réseaux sociaux et dans l’arène politique. Un moment propice aux débordements !
En pareille circonstance, le Chef de l’Etat s’oblige à prendre des hauteurs. Il ne s’agit point pour lui de fuir à ses responsabilités mais en authentique Raiamandreny, le Président Rajoelina doit logiquement survoler les débats et ne s’aventure guère à fouler les pieds dans la fournaise.
Certainement, il fallait punir les délinquants et remettre sur le droit chemin les errants ou corriger les brebis galeuses seulement tout doit se faire avec tact et diplomatie. Le Président Rajoelina marche sur des œufs ! D’une marge manœuvre réduite et dans une atmosphère tendue comme telle, il n’est pas question d’agir de sorte que la situation dégénère en crise.
Il est d’une mauvaise foi flagrante de nier que l’ambiance qui prévaut présentement dans le pays ne couve pas une explosion sociale.  En cause, des vagues de mécontentements sinon d’énervements dues aux défaillances répétées de certains services publics comme la JIRAMA, des dégradations avancées des infrastructures notamment les grands axes nationaux, aux impacts de la flambée des prix et surtout à cette insécurité violente et aveugle qui rampe dangereusement. Sachons que les volcans, dit-on,  ne dorment jamais ! Attention.
L’année 2023, comme on le sait, est une année charnière. Le peuple va trancher sur celui qui sera aux manettes du pouvoir au sommet de l’Etat. Un tournant inédit qui ne se reproduit que tous les cinq ans et que de ce fait chacun aura la lourde tâche de ne point rater.
Dans la pratique et dans le cas présent, à quoi rime « prendre des hauteurs » ? En gros, cela consiste à « garder le silence », à surmonter les débats et éviter de se mêler dans l’échauffourée. C’est le mode opératoire le plus efficace. Le silence du Chef de l’Etat inspire du respect.

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff