Publié dans Editorial

Question de leadership !

Publié le vendredi, 03 novembre 2023

Au rythme où vont les choses, de la politique, le pays se dirige vers le pire. La paralysie et l’asphyxie guettent. Sur une pente raide, Madagasikara risque, pour la énième fois, de re-faire une chute libre.

Mais quel est le problème ? Dans ce pays qui est le nôtre, on ne cesse de se débattre contre un insaisissable ennemi. Problème ou faux problème, la Grande île s’enlise dans un sable mouvant. En fin de compte, c’est faux de clamer que le pays a un problème (politique) pouvant découler à une crise (politique). Mais, c’est juste de dire que le pays souffre d’une maladie à cause d’un vrai … problème ! Un imbroglio qui, à terme, finira par saper à la base tout espoir de voir venir, un jour, le redressement de la Nation. Tout risque de s’écrouler en un clin d’œil ! Adieu veau, vache, cochon !

Qu’il nous soit permis de recourir à un minimum de décryptage sinon un diagnostic rapide du contexte politique à Madagasikara de la Deuxième République à ce jour. En 1990, après 15 ans au moins de règne où le pays avait connu une décadence réelle, le régime socialiste dictatorial de l’Amiral rouge dut affronter les mécontentements du peuple. Des manifestations qui ont abouti à la chute de l’Amiral Didier Ratsiraka. Il y avait une vraie crise. Ibidem, en 2001-2OO2, le pays faisait face à une grave crise risquant de déclencher une guerre civile. Ravalomanana et ses sympathisants ne reconnaissent pas les résultats du vote proclamés par la HCC de l’époque. La menace fut sérieuse. La communauté internationale échouait. Avec le soutien d’une grande partie de l’Armée, Ravalo imposait un score, une deuxième crise politique. En 2009, une énième crise resurgit. Sur la Place du Treize Mai, Rajoelina Andry fit tomber le régime TIM de Ravalomanana. La troisième grande crise, la vraie, secoue le pays suivi d’une Transition de cinq ans. En 2013 et en 2018, une élection libre, inclusive et transparente met en place un régime démocratiquement élu et balaye d’un seul revers de main l’ombre d’une crise politique. Le pays est libéré de l’emprise « démoniaque » des crises politiques.

Seulement voilà, des activistes politiques qui n’ont même pas la stature d’un « leader » politique sèment le trouble. A travers leurs esprits revanchards, ils veulent, par tous les moyens, rendre la monnaie à celui qui les a tous mis hors d’atteinte. L’absence d’un leader reconnu ayant autorité bloque la percée du Collectif. Ils créent des situations de chaos et montent sur le toit pour réclamer la tenue d’une concertation nationale afin de pouvoir mettre en place un régime accepté de tous où tout le monde participerait. En clair, nos politiques qui manquent d’éthique veulent une nouvelle « répartition du gâteau ». Il va falloir selon les ténors du RMDM pondre un Accord politique  conduisant le pays vers une nouvelle transition. Et le comble, certaines entités comme le FFKM adhère, de façon indirecte, à la manœuvre. Et même, une partie de communauté internationale, des partenaires, ainsi que certains acteurs de la société civile emboîtent le pas.

Le vrai fond du problème du pays réside dans la déficience en leadership de nos acteurs politiques. Et le poste de chef de l’Opposition reste vacant au Parlement. 

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités
  • Législatives - Des ministres candidats
  • Attaque visant un commerçant à Fenoarivo-Atsinanana - Un ancien employé comme présumé commanditaire
  • Indonésie- Madagascar - Une coopération bilatérale en plein essor
  • Emeute à Ankazomiriotra - Des armes de la Gendarmerie disparues
  • Ile Maurice - Des jeunes filles malagasy forcées de se prostituer
  • Enseignement technique - Le LTP Ampasampito objet d’une complète réhabilitation 
  • Détournement de véhicules au ministère de la Santé publique - Un fonctionnaire et un propriétaire de garage sous les verrous
  • Députations - La caution quadruplée
Pub droite 1

Editorial

  • L’effritement
    L’Opposition se disloque ! Le C 11, entendre Collectif des 11 candidats, s’évanouit ! Le régime Orange n’a pas contrepoids crédible en face. Emportés par le souffle de la déflagration de l’éclatante victoire du candidat n° 3, Rajoelina Andry Nirina, les cadors de l’Opposition ne s’en remettent pas. Abasourdis, ils peinent à savoir où mettre les pieds ! Traumatisés, certains de ces malheureux perdants disparaissent des écrans de radars. Et pour cause ! En réalité, il n’existe pas à Madagasikara une Opposition politique répondant aux normes universellement reconnues. Une Opposition comme étant une force de proposition à la hauteur des attentes de la population. Une Opposition maîtrisant les arcanes de la gestion des affaires nationales et capable de tenir un débat d’idées sans passion déplacée fait défaut. Une force d’alternance de nature à prendre le relais selon le verdict des urnes démocratiquement correct laisse à désirer. En fait, le pays…

A bout portant

AutoDiff