Publié dans Editorial

Pour la bonne conduite !

Publié le vendredi, 10 mai 2024

La campagne électorale des législatives du 29 mai a démarré officiellement ce mercredi 8 mai. Et cela, en vertu du calendrier électoral proposé par la CENI et approuvé par le Gouvernement. En vérité, ce n’est que farce voire mascarade ! Il n’est point un secret à personne que la vraie campagne commençait déjà bien avant. Candidats proches du pouvoir, du camp de l’Opposition et ceux des indépendants s’activent déjà sur terrain avant l’heure. Le Code électoral reste muet sur la délimitation exacte entre les « frontières » de la précampagne et de la campagne proprement dite. Et tout le monde triche sans que les « arbitres » lèvent le petit doigt. La campagne électorale, la vraie, s’étale du mercredi 8 mai à zéro heure jusqu’à lundi 27 mai à minuit. Quatre-cent soixante-treize candidats vont se disputer des 163 sièges de l’Assemblée nationale à travers les 120 Districts que compte le territoire de la République Malagasy.
Tous les états-majors politiques entrant en lice se mobilisent à branle-bas. A la guerre comme à la guerre. Tous les coups sont … permis du moment qu’on ne se fait pas avoir ! Tout de même, c’est malhonnête et indigne d’enfreindre la loi ! Il y a une règle claire et nette à respecter. L’objet d’une édition de ce genre ne consiste pas à énumérer en litanie les détails du Code électoral relatif aux règles et consignes à respecter. Tous les candidats et leurs proches collaborateurs sont censés savoir pertinemment ce à quoi ils devront s’en tenir. Mais, il nous importe de mettre certains points sur certains « i ». Et cela, au final, pour la bonne conduite de la propagande électorale en vue du scrutin du 29 mai 2024 dans un Etat de droit.
Des initiatives de bonne volonté s’organisent. La Fondation Friedrich Ebert Stiftung, FES, une ONG financée par le Gouvernement allemand, très active dans la mise en œuvre de la solidification du fondement de la démocratie, de l’assise et du respect de l’Etat de droit en collaboration étroite avec des acteurs nationaux de la Société civile, se trouve en tête de peloton. L’objectif principal consiste à créer un ensemble de comportements visant à créer un cadre d’action pour la bonne conduite de la campagne électorale. La Fondation FES et la Société civile locale ont établi une Charte dite de la « bonne conduite » à l’intérieur de laquelle chaque candidat doit s’identifier de manière à rassurer l’opinion sur le bon déroulement du processus électoral. Responsables et formations politiques ayant participé aux législatives sont concernés par ladite Charte de bonne conduite. La neutralité effective pour toutes les autorités compétentes et comportement digne des candidats.
Toutefois, il importe de soulever certaines remarques judicieuses. Les acteurs nationaux et internationaux s’investissant dans la mise en œuvre de la bonne conduite se doivent de veiller à garantir la neutralité sans faille de leur part. Il ne faudrait pas que la Charte pèche par une prise de position en faveur de qui que ce soit. Certains esprits mal intentionnés de certains acteurs de la Société civile seraient animés par une intention obscure à viser spécialement certains candidats d’un camp déterminé provoquant ainsi une réticence. La stricte neutralité est exigée de la part de l’un ou de l’autre camp.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff