Publié dans Editorial

Dans la bonne direction

Publié le lundi, 21 janvier 2019

Sitôt après la cérémonie solennelle d’investiture, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Ntsay Christian remet sa démission auprès du nouveau Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina. Selon la tradition républicaine, universellement reconnue notamment dans les pays où la démocratie règne, le Chef du Gouvernement remet son tablier au tout nouveau Président de la République, nouvellement élu. Cas identique après le renouvellement du mandat des députés à l’Assemblée nationale. C’est une règle « non-écrite » mais appliquée pour le bon fonctionnement de l’Etat. Le nouveau Chef de l’Etat, pour avoir les coudées franches, doit composer avec une nouvelle équipe de son ... choix. Logique et légitime ! Désormais, en attendant la nomination de nouveaux  membres du Gouvernement, l’équipe en place assure l’expédition des affaires courantes. De ce fait, elle s’interdit de prendre des initiatives mettant en phase la responsabilité de l’Etat. Toutes les actions gouvernementales doivent attendre les nouvelles orientations et directives du nouveau régime sous l’impulsion, bien sûr, du nouvel homme fort du pays.


Le locataire actuel de Mahazoarivo s’est  succédé à lui-même. Il  est dans la bonne direction. D’aucuns n’oserions nier que Ntsay Christian a réalisé du bon travail. Il a rempli avec succès la haute charge et combien compliquée qu’on lui a confié. Le Premier Ministre, présenté par le MAPAR, a su déjouer toutes les manœuvres de sape et les ignobles stratégies de déstabilisation dont le seul objectif consiste à faire ... capoter sinon torpiller le processus électoral. Il n’est pas un secret à tous que la raison d’être du Gouvernement Ntsay consiste à conduire le pays vers l’élection présidentielle. Car il en fallait incontestablement pour départager les éternels protagonistes du microcosme politique local. Les consignes émises dans la Décision n° 18-HCC/D3 de la Haute Cour Constitutionnelle du 25 mai 2018, à travers l’Art. 8, ne laissent aucun doute sur la nécessité pour le PM à s’acquitter de sa tâche. Une responsabilité sans équivoque que Mr Ntsay Christian et son équipe au sein du Gouvernement n’ont pas le droit de rater. Ainsi, grâce à son sens de responsabilité et d’engagement, Ntsay Christian  a su faire preuve de fermeté, de vigilance et de discernement dans l’accomplissement de cette noble mais difficile tâche. Pour preuve, il réussit de mener le bateau battant pavillon « Madagascar » à bon port. Madagascar s’est doté brillamment d’un nouveau Président de la République, et ce, en respectant la règle d’or de l’alternance démocratique. Une rare prestation, ou bien, une perle rare que le monde entier, en particulier l’Afrique, salue dans sa juste valeur. La belle réussite est à mettre sur le crédit personnel de Ntsay Christian qui reste à la commande du Palais de Mahazoarivo.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff