Publié dans Editorial

Fracture effective

Publié le lundi, 28 janvier 2019

Décidément, le nouveau régime sous la houlette du leader de la Révolution Orange de 2009, le désormais Président de la République Andry Nirina  Rajoelina se démarque nettement. De nouvelles  dispositions en conformité avec les exigences dictées par l’IEM recommandent de nouvelles méthodes  de travail qui, elles, tranchent avec les anciennes pratiques. La volonté affichée du nouvel homme fort de la Nation d’apporter un nouveau souffle au pays se fait remarquer à première vue. Tellement le pays exsangue a besoin d’un nouveau sang qu’il faut nécessairement inculquer de nouvelles visions, et cela, à travers les 13 axes du Velirano. Bref, le divorce est consumé !  Réduction, à moins de dix postes, du nombre des portefeuilles ministériels équivaut à une prouesse sans précédent. En fait, parvenir à réduire à 22 l’effectif gouvernemental signifie, en soi, une victoire pour asseoir une politique d’austérité. Ainsi, pressions et menaces pour faire plier le Chef de d’Etat ont vu leurs jours anéantis.

Le nombre des membres du Gouvernement ne subira plus les caprices de faux politiciens, égarés dans les dédales de l’escroquerie et des gains faciles. Technocratie passe avant tout ! En scrutant de près le cursus de chaque ministre, choisi parmi les centaines de prétendants, force nous est de noter la priorité accordée aux aptitudes intellectuelles et techniques aux dépens du copinage politique ou  du népotisme. Une pratique qui a pris au piège les intérêts supérieurs de la Nation. Incompétents, inconsciencieux et insouciants siégeaient au  Gouvernement. A preuve, le pays recule au bas-fond dans tous les domaines. Echéance de 12 mois ! Pour la première fois de son histoire, le Gouvernement est soumis à une période non-négociable de test de 12 mois. Fini le temps de naviguer sans repère visible. Etant donné que le locataire d’Iavoloha l’avait annoncé publiquement, les citoyens s’érigent, aussi, en autorité de contrôle et de suivi. Trop de dossiers attendent les nouveaux tenants du pouvoir. Pour ne citer que quelques dossiers très urgents. Au ministère de la Population, le sosialim-bahoaka exige une attention particulière et urgente. La misère impacte beaucoup sur la vie de la population. La sous-alimentation et la malnutrition aiguës et chroniques  Le ministère de l’Energie, tutelle de la JIRAMA, doit se pencher illico sur l’éternel problème des  coupures d’eau et d’électricité qui porte gravement préjudice sur l’économie nationale. La population ne peut plus supporter les délestages intempestifs.  Au ministère des Mines, le dossier Kraomita  Malagasy attend désespérément des solutions. Le personnel de ladite Société s’impatiente qu’on statue de son sort. Le nouveau ministre des Finances et du Budget doit traiter, le plus tôt possible, le dossier Amétis. La souveraineté nationale écope un sale coup ! Le nouveau ministre de la Justice, l’ancien Procureur général de la Cour suprême, se donne  de la  priorité au traitement de l’affaire Mbola Rajaonah. Il y a aussi le cas de Claudine Razaimamonjy qu’on ne devrait pas oublier ! Et d’autres également. Au ministère de l’Aménagement du territoire, les fréquentes usurpations ou expropriations des terres auprès des paysans nécessitent une voie et issue urgente. D’autres dossiers aussi urgents méritent la prise en considération des nouveaux membres du  Gouvernement. Ils ont douze mois pour faire preuve de compétence ! Sinon, taille la route ! Désormais, qu’il soit clair, le nouveau Boss  enclenche une fracture effective !

    Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff