Publié dans Editorial

Chose due

Publié le lundi, 11 février 2019

Chose promise, chose due ! Nouveau régime, un nouveau style ! Nouveau style, une nouvelle culture politique ! A peine une petite semaine après son investiture en tant que Président de la République, Rajoelina Andry Nirina marque une nouvelle empreinte pour une nouvelle pratique du pouvoir. En effet, il descend sur terrains pour voir, sur place, comment traduire en actes les engagements pris. Rajoelina tient à signifier que les promesses annoncées durant la campagne électorale ne restent point lettres mortes. Visiblement, le nouveau Chef d’Etat veut inculquer au pays la culture et la valeur de ce qu’on appelle « la parole donnée ». Pour ainsi dire « chose promise, chose due ».
A travers les Treize axes de Velirano, Rajoelina s’engageait à venir en aide, dans les plus brefs délais, au peuple. Les souffrances que les concitoyens ont dû endurer durant tout le mandat du précédent homme fort du pays doivent impérieusement être mises fin au plus ...vite.


Le président Rajoelina Andry Nirina réserva la primeur de ses tournées sur le territoire national dans le Grand Sud, la partie la plus défavorisée de la Grande Ile. Les effets pervers des aléas climatiques auxquels s’ajoute l’incurie des dirigeants centraux et régionaux plongent les habitants et les activités socio-économiques du Grand Sud dans la tourmente intenable. Tout y est priorité selon les termes même du Chef de l’Etat. A Beloha, dans l’Androy, et à Ampanihy  d’Atsimo-Andrefana, le numéro Un de pays prit des mesures d’urgence pour soulager la souffrance des concitoyens. L’eau, l’électricité et le riz, leurs principaux soucis serons placés au centre des opérations prioritaires sinon urgentes. Les infrastructures de base feront également l’objet d’attention particulière. Rappelons que le candidat n° 13 a fait carton plein dans ces localités susmentionnées lors des scrutins du premier et du second tour présidentiel. En bon malagasy, Rajoelina manifesta le sentiment de gratitude (« vali-babena) envers les Raiamandreny citoyens de Beloha et d’Ampanihy.
Il se dépêcha dans le grand Nord tout juste après le grand Sud, là où le nouveau président réalisa aussi les meilleurs scores, et cela, afin de s’enquérir des besoins urgents de la population. A Ambilobe, la première étape, le Chef de l’Etat ainsi que la délégation qui l’accompagna prodiguait des instructions fermes et concises sur les dispositions à prendre pour éradiquer ce fléau, la rougeole, qui sévit dans le pays. En fait, à Ambilobé on a constaté 800 cas dont 86 décès. L’épidémie frappe fort auprès des masses populaires. A Antsiranana, Rajoelina tenait à témoigner sa reconnaissance auprès de la population du soutien massif qu’elle avait bien  voulu lui accorder. « Vous m’aviez soutenu ( à l’élection) maintenant c’est à mon tour de venir vous aider » telle fut la déclaration du jeune président à l‘endroit des concitoyens du Nord. Quelle belle image du respect de la valeur et de la sagesse malagasy  résumée en ces termes « tsy mitsipa-doha laka-nitàna ».
Chose promise, chose due !  La Nation toute entière renait de ses cendres. L’espoir de voir un jour le pays se redresser est  maintenant réellement permis. Même les plus sceptiques commencent déjà à revoir la position. Rajoelina Andry Nirina, fondateur de l’IEM, prend très au sérieux la sacrée mission qu’il s’est fixée et tient, à tout prix, honorer les Velirano.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff